BFMTV

"Penelopegate": les époux Fillon et Marc Joulaud renvoyés en correctionnelle

François Fillon est mis en examen dans cette affaire.

François Fillon est mis en examen dans cette affaire. - AFP

Plus de deux ans après l'ouverture d'une enquête judiciaire visant l'ex-candidat LR à la présidentielle, les juges d'instruction du pôle financier de Paris ont rendu leur ordonnance de renvoi.

François Fillon et son épouse Penelope seront-ils traduits en justice avant la fin de l'année? Plus de deux ans après l'ouverture d'une enquête judiciaire visant l'ex-candidat Les Républicains à l'élection présidentielle, les juges Tournaire, Buresi et Tacheau ont rendu leur ordonnance de renvoi, vendredi 19 avril, à laquelle Le Monde a eu accès. 

Ils demandent le renvoi devant le tribunal correctionnel de François Fillon, notamment pour détournement de fonds public, recel de détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et manquement aux obligations déclaratives de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique.

Un million d'euros détournés?

Son épouse Penelope est quant à elle renvoyée en correctionnelle pour complicité et recel de détournement de fonds publics et recel d'abus de biens sociaux. Reste l’ancien député suppléant de François Fillon, Marc Joulaud, qui devra comparaître pour répondre à l'accusation de détournement de fonds publics. 

L'instruction de ce dossier, ouverte après les premières révélations du Canard enchaîné sur le caractère présumé fictif de l'emploi d'assistante parlementaire de Penelope Fillon auprès de son époux, en janvier 2017, avait lourdement obéré la candidature de l'ex-Premier ministre à la magistrature suprême. Depuis, l'accusé s'est retiré de la vie politique.

Comme le détaille Le Monde, qui a eu accès à l'ordonnance de renvoi, les enquêteurs ont évalué le montant du détournement de fonds à plus d'un million d'euros sur plus de 30 ans, de 1981 à 2013. Sur le total, 408.400 euros concernent les contrats passés avec François Fillon et 645.600 euros concernent ceux passés avec Marc Joulaud. Les documents brandis par les avocats du couples, censés attester de la réalité du travail de Penelope Fillon, n'ont visiblement pas convaincu les magistrats instructeurs.

"Suite normale"

"C'est la suite normale de la procédure", a laconiquement commenté un des soutiens de François Fillon à la présidentielle. Antonin Lévy, l'avocat de l'ex-candidat, a pour sa part regretté que l'ordonnance de renvoi ait été transmise "à la presse avant même qu'elle n'ait été notifiée à M. Fillon et à sa défense". 

"Cela démontre l'état d'esprit dans lequel toute cette enquête a été conduite et nous réagirons sur le fond quand nous aurons pu prendre connaissance de ce document", a-t-il commenté.

Pour Pierre Cornut-Gentille, avocat de Penelope Fillon, "cela caractérise une nouvelle violation du secret de l'instruction". 

Jules Pecnard avec AFP