BFMTV

Avant les costumes, 4.500 euros de chemises ont été offerts à François Fillon

François Fillon, alors candidat à l'élection présidentielle, durant un meeting près de Montpellier, le 14 avril 2017.

François Fillon, alors candidat à l'élection présidentielle, durant un meeting près de Montpellier, le 14 avril 2017. - Pascal Guyot - AFP

Le JDD détaille ce dimanche la facture des costumes et chemises offerts ou achetés par François Fillon chez la marque Arnys, outre deux ensembles payés par l'avocat Robert Bourgi.

La liste se précise. Le JDD révélait en mars dernier que François Fillon avait reçu pour 13.000 euros de costumes offerts par un anonyme, par la suite identifié par Le Monde comme Robert Bourgi, avocat au barreau de Paris et spécialiste des réseaux "Françafrique".

Le parquet national financier avait alors permis aux juges chargés de l'affaire Fillon, par ailleurs soupçonné d'avoir fourni un emploi fictif d'assistante parlementaire à son épouse Penelope, d'élargir leurs investigations à 48.500 de costumes offerts à l'ex-Premier ministre. Sur ces 48.500 euros, 35.500 euros ont été réglés en espèce depuis 2012.

Mais c'est bien plus que deux costumes de la marque Arnys dont a bénéficié François Fillon, soit sous forme de cadeaux, soit grâce à des réductions. Grâce aux procès-verbaux du dossier, le JDD permet aujourd'hui de détailler la facture.

Parmi les trois costumes offerts par Robert Bourgi à François Fillon, seuls deux d'entre eux ont été payés par l'avocat, à hauteur de 13.000 euros, fin 2016. Le troisième a été offert par la maison, sur instruction de la direction de la marque.

Un troisième costume offert par Bourgi en 2015

Un an avant, un costume de 5.180 euros avait déjà été payé par Robert Bourgi et offert à François Fillon, qui ne l'a pas rendu à l'avocat, contrairement aux autres, précise le JDD.

L'ex-candidat à la présidentielle a également bénéficié d'une réduction pour un smoking, payé plus de 2.000 euros en espèces. En outre, Arnys lui a offert pour plus de 4.500 euros de chemises entre 2008 et 2012. D'autres chemises sur mesure ont elles bien été payées, dont les factures ont été ajoutées au dossier Fillon. Robert Bourgi pourrait là aussi en avoir réglé une, indique l'hebdomadaire.

L'enquête doit notamment déterminer si les cadeaux ont été faits dans le cadre du mandat de député de François Fillon ou non, car les élus doivent déclarer au déontologue de l'Assemblée "tout don ou avantage d'une valeur supérieure à 150 euros dont ils ont bénéficié, en lien avec leur mandat". 

"Je savais que ça allait le tuer"

Robert Bourgi a d'abord déclaré devant les policiers qu'il s'agissait de "cadeaux", faits par "affection", puis pour le féliciter de sa victoire à la primaire de la droite. En mars 2017, il affirmait également "ne rien attendre en retour".

Sa version a pourtant évolué au fil des mois. En janvier dernier, interviewé par BFMTV, l'avocat avait assuré avoir "décidé de (le) piéger avec les costumes" car il "savait que ça allait le tuer".

"Il n'a pas été fidèle. (...) Il passait trop de temps à démolir Sarkozy. Et enfin parce que je le savais accro à l'argent: je savais que tôt ou tard, il aurait eu de sérieux problèmes", s'était-il justifié sur notre antenne.
Liv Audigane