BFMTV

Marine Le Pen jugée à Lyon pour "incitation à la haine": le CFCM partie civile

La présidente du Front national jugée à Lyon pour "incitation à la haine".

La présidente du Front national jugée à Lyon pour "incitation à la haine". - François Nascimbeni - AFP

L'Observatoire National contre l'Islamophobie du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) a annoncé lundi qu'il s'était "constitué partie civile" contre Marine Le Pen, qui sera jugée le 20 octobre à Lyon pour incitation à la haine raciale.

"Madame Le Pen avait comparé les prières de rues des musulmans à l'occupation nazie. Maître Khadija Aoudia, Conseil de l'Observatoire, a informé par courrier M. le procureur de la République près du tribunal de grande instance de Lyon de la saisine par l'Observatoire", écrit dans un communiqué Abdallah Zekri, président de l'Observatoire et secrétaire général du CFCM.

C'est la première fois que la présidente du Front national devra répondre devant un juge de l'accusation d'"incitation à la haine raciale". En décembre 2010, pendant une réunion publique devant des militants à Lyon, Marine Le Pen, alors en campagne pour la présidence du FN, avait dénoncé dans un discours les "prières de rue" de musulmans en les comparant à l'occupation nazie de la France pendant la Seconde Guerre mondiale.

Ces propos avaient provoqué un tollé d'associations antiracistes et deux plaintes de collectifs antiraciste et contre l'islamophobie. L'enquête avait été classée sans suite en septembre 2011 mais une des associations avait saisi le doyen des juges d'instruction de Lyon et une information judiciaire avait été ouverte en janvier 2012.

En votant le 2 juillet 2013 la levée de son immunité parlementaire, le Parlement européen avait ouvert la voie à une mise en examen de Marine Le Pen, intervenue le 10 juillet 2014. Le 11 septembre suivant, le parquet avait requis son renvoi devant le tribunal correctionnel et le juge l'a suivi.

la rédaction avec AFP