BFMTV

Marine Le Pen renvoyée en correctionnelle pour ses propos sur les "prières de rue" et l'Occupation

La présidente du Front national comparaîtra devant le tribunal correctionnel de Lyon.

La présidente du Front national comparaîtra devant le tribunal correctionnel de Lyon. - François Nascimbeni - AFP

Marine Le Pen est renvoyée devant la justice pour des propos tenus en 2010 où elle avait comparé les "prières de rue" à l'Occupation. La présidente du Front national est poursuivie pour "incitation à la haine raciale".

En décembre 2010, Marine Le Pen avait comparé les "prières de rue" de musulmans à l'Occupation. Poursuivie dans le cadre d'une information judiciaire ouverte en 2012 pour incitation à la haine raciale, elle est renvoyée devant le tribunal correctionnel de Lyon le 20 octobre prochain. Interrogée mardi par l'AFP sur sa présence à l'audience, dans un mois, elle a répondu: "Oui, bien sûr! Je ne vais pas rater une telle occasion."

En décembre 2010, pendant une réunion publique devant des militants à Lyon, Marine Le Pen, alors en campagne pour la présidence du FN, avait dénoncé dans un discours les "prières de rue" de musulmans en les qualifiant "d'occupation". 

"Je suis désolée, mais pour ceux qui aiment beaucoup parler de la Seconde Guerre mondiale, s'il s'agit de parler d'Occupation, on pourrait en parler, pour le coup, parce que ça c'est une occupation du territoire", avait déclaré Marine Le Pen sous les applaudissements. "C'est une occupation de pans du territoire, des quartiers dans lesquels la loi religieuse s'applique, c'est une occupation. Certes, il n'y a pas de blindés, pas de soldats, mais c'est une occupation tout de même et elle pèse sur les habitants", avait-elle ajouté.

Une enquête et plusieurs plaintes

Ces propos lui avaient valu une enquête préliminaire du parquet de Lyon pour "incitation à la haine raciale". Ils avaient aussi provoqué un tollé d'associations antiracistes, et deux plaintes, du Mrap et du Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF).

L'enquête avait été classée sans suite en septembre 2011, mais l'une des associations avait saisi le doyen des juges d'instruction de Lyon et une information judiciaire avait été ouverte en janvier 2012. En votant le 2 juillet 2013 la levée de son immunité parlementaire, le Parlement européen avait ouvert la voie à une mise en examen de Mme Le Pen, intervenue le 10 juillet 2014. Le 11 septembre suivant, le parquet avait requis son renvoi devant le tribunal correctionnel. Lors de la levée de son immunité, Marine Le Pen avait maintenu ses propos et dénoncé "un délit d'opinion". 

la rédaction avec AFP