BFMTV

Leonarda: un recours pour obtenir un titre de séjour

La jeune Leonarda interrogée par BFMTV au sujet de son éventuel retour en France, le 19 octobre 2013

La jeune Leonarda interrogée par BFMTV au sujet de son éventuel retour en France, le 19 octobre 2013 - -

L'avocate de la famille va demander l'annulation de l'obligation de quitter le territoire français qui vise les parents.

L'affaire Leonarda n'est pas finie. L'avocate de la famille de Leonarda Dibrani a indiqué lundi qu'elle allait déposer avant minuit un recours devant le tribunal administratif de Besançon. Objectif: demander l'annulation de l'obligation de quitter le territoire français qui vise les parents de la collégienne rom.

La famille, qui avait fait une demande d'aide juridictionnelle pour engager ce recours, a été renvoyée début octobre au Kosovo, son pays d'origine, avant l'expiration du délai légal. Le jour de l'expulsion, le 9 octobre, la police était allée chercher Leonarda, leur fille de 15 ans, à la descente d'un bus scolaire alors qu'elle participait à une sortie avec sa classe, créant une tempête politique.

"Ils sont bien plus scolarisés en France qu'ils ne l'étaient en Italie"

"Le recours met en avant que les enfants de la famille Dibrani ont fait des progrès importants depuis leur arrivée en France, il y a presque cinq ans. Ils sont bien plus scolarisés en France qu'ils ne l'étaient en Italie", a déclaré Me Brigitte Bertin, avocate au barreau de Besançon. "Le parcours de vie des enfants a été marqué par une grande instabilité, alors que leur séjour en France leur a apporté stabilité et scolarisation."

Le rapport d'enquête de l'Inspection générale de l'administration sur les modalités d'éloignement de Leonarda Dibrani pointait toutefois "des absences répétées des enfants (de la famille Dibrani) au sein des écoles et collèges qu'ils fréquentent". Les parents et leurs sept enfants, dont quatre sont en âge d'être scolarisés, sont arrivés irrégulièrement en France le 26 janvier 2009, après avoir vécu plusieurs années en Italie.

A. G. avec AFP