BFMTV

L'état de la septuagénaire blessée à Nice en nette amélioration, selon sa fille

L'état de la manifestante de 73 ans blessée à Nice lors d'une manifestation interdite des gilets jaunes est en nette amélioration, a fait savoir sa fille à BFMTV.

Geneviève Legay, la manifestante de 73 ans blessée à Nice lors d'une manifestation interdite samedi, va pour l'instant rester à l'hôpital pour des examens, mais son état est en nette amélioration, a indiqué sa fille à BFMTV ce lundi après-midi. Elle souffre de plusieurs fractures au crâne ainsi que d'hématomes sous-duraux. 

Interrogée au micro de BFMTV, Delphine, la fille de la victime dit vouloir comprendre ce qui s'est réellement passé. Elle explique n'avoir aucune rancoeur à l'égard des policiers en général, "qui sont des hommes et des femmes comme nous".

Elle confie cependant être "très en colère envers le policier qui a donné l'ordre de charger" car il y avait sûrement d'autres possibilités pour faire évacuer dans le calme. On aimerait que cette personne soit sanctionnée", poursuit-elle. 

"Des propos indignes d'un président", pour sa fille

La fille de la septuagénaire blessée à la tête a également réagi aux propos d'Emmanuel Macron. Dans un entretien publié lundi, le président souhaitait un "prompt rétablissement" à la blessée, mais déplorait sa présence à la manifestation. "Ce que dit ce monsieur n'a aucun intérêt", répond la fille de la victime ce lundi. "Je pense que ce sont des propos indignes de la part d'un président", poursuit-elle, expliquant être passée par tous les états possibles: "la colère, l'écoeurement, la tristesse."

"Quand on est fragile, qu'on peut se faire bousculer, on ne se rend pas dans des lieux qui sont définis comme interdits et on ne se met pas dans des situations comme celle-ci", avait déclaré le chef de l'État.

Une enquête ouverte

Le parquet de Nice a ouvert une enquête judiciaire après que la septuagénaire a été gravement blessée samedi, possiblement à la suite d'une charge de police dans un endroit qui aurait été interdit à la manifestation à Nice. L'investigation doit déterminer les causes des blessures qu'elle a subies.

L'avocate de la famille de la manifestante a fait savoir ce lundi qu'une plainte "pour violences volontaires en réunion avec arme par personnes dépositaires de l'autorité publique et sur personne vulnérable" a été déposée.

Clément Boutin