BFMTV

Macron souhaite "sagesse" à la septuagénaire blessée à Nice, la gauche s'indigne

Images de la septuagénaire samedi 23 mars à Nice, après avoir chuté.

Images de la septuagénaire samedi 23 mars à Nice, après avoir chuté. - BFMTV

"Pour avoir la quiétude, il faut avoir un comportement responsable", a également déclaré le président de la République à la septuagénaire blessée samedi à Nice.

Emmanuel Macron a souhaité "un prompt rétablissement, et peut-être une forme de sagesse" à la militante d'Attac grièvement blessée lors d'une manifestation interdite à Nice, dans un entretien avec Nice-Matin publié ce lundi. Geneviève Legay, 73 ans, est dans un état stable, mais est toujours hospitalisée, elle souffre de plusieurs fractures au crâne ainsi que d'hématomes sous-duraux.

"Pour avoir la quiétude, il faut avoir un comportement responsable. Je pense que quand on est fragile, qu’on peut se faire bousculer, on ne se rend pas dans des lieux qui sont définis comme interdits et on ne se met pas dans des situations comme celle-ci", a assuré Emmanuel Macron au quotidien. "Je lui souhaite un prompt rétablissement, et peut-être une forme de sagesse", a ajouté le président.

Des propos "grossiers et indélicats"

Le parquet de Nice a ouvert une enquête judiciaire après que Geneviève Legay, 73 ans, a été gravement blessée samedi, possiblement à la suite d'une charge de police, possiblement dans un endroit qui avait été interdit à la manifestation à Nice. L'investigation doit ainsi déterminer les causes des blessures qu'elle a subies.

Arié Alimi, avocat de la militante de l'association Attac, a répondu aux déclarations du président ce lundi matin sur BFMTV: "Je me demande qui est responsable: est-ce que c'est un président de la République qui commence à critiquer une personne qui est sur son lit d'hôpital? Une personne qui considère que nos aînés, que les personnes âgées ne peuvent pas exprimer leurs convictions dans la rue ? Ces propos, au delà du débat juridique, me semble particulièrement grossiers et indélicats".

Il rappelle au passage que même le procureur de la République de Nice a reconnu qu'il n'était pas certain que Geneviève Legay se trouvait dans une zone interdite à la manifestation niçoise: "Pour elle (...) là où ça s'est passé, c'était presque en dehors de la place [interdite], dans un mouvement confus des forces de l'ordre et des manifestants", a déclaré le procureur à l'AFP.

"Monsieur Macron, notre Geneviève de Nice n'a pas besoin de vos leçons de sagesse. Vous auriez beaucoup à apprendre d'elle. Elle milite pour le bien des autres. Et vous, vous la frappez au nom de quoi ?", a de son côté répliqué Jean-Luc Mélenchon, leader du parti d'opposition La France Insoumise, sur Twitter.

"Nous devons, partout, faire respecter l’ordre public"

Emmanuel Macron a ajouté regretter "profondément" que la septuagénaire soit blessée, "mais nous devons, partout, faire respecter l’ordre public". Il a également déclaré que "cette dame n’a pas été en contact avec les forces de l’ordre".

La famille de la manifestante grièvement blessée à Nice a annoncé via leur avocat qu'elle comptait porter plainte ce lundi "pour violences volontaires en réunion avec arme par personnes dépositaires de l'autorité publique et sur personne vulnérable parce que Madame Geneviève Legay à 73 ans aujourd’hui", a assuré Arié Alimi sur BFMTV.

Salomé Vincendon