BFMTV

Jonathann Daval face aux juges: retour sur une affaire aux multiples rebondissements

Jonathann Daval est jugé par la cour d'assises de Vesoul à partir de ce lundi pour le meurtre de son épouse Alexia en octobre 2017.

"C'est tout ce qui est accumulé, qui est remonté en même temps, j'ai pété un câble." Le 30 janvier 2019, Jonathann Daval reconnaissait avoir tué sa femme Alexia, un an jour pour jour après ses premiers aveux. L'informaticien était encore loin d'avoir livré toute sa vérité sur la mort de la jeune femme de 29 ans, des faits pour lesquels il est jugé à partir de ce lundi, et jusqu'à la fin de la semaine, par la cour d'assises de Vesoul.

>> Daval, la série, la série documentaire événement de BFMTV, à découvrir lundi et mardi à 21 heures

La relation entre les deux époux sera au coeur des débats, alors que l'avocat de l'accusé assure que son client a encore des choses à dire. Jonathann Daval encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

· La disparition d'Alexia Daval

Le 28 octobre 2017, à 12h15, Jonathann Daval se présente à la gendarmerie de Gray, en Haute-Saône. Sa femme Alexia Daval est partie le matin même à 9 heures pour courir. Un footing qui devait durer 30-45 minutes. Mais 3h15 plus tard, et après des recherches infructueuses que le jeune homme dit avoir menées sur le parcours emprunté habituellement par son épouse ou chez ses beaux-parents, la jeune femme de 29 ans n'est pas rentrée au domicile conjugal.

Immédiatement, d'importants moyens de gendarmerie sont déployés pour retrouver Alexia Daval. Spontanément, Jonathann Daval évoque devant les enquêteurs des troubles de la mémoire dont souffrirait son épouse. Il met également les gendarmes sur la piste d'un ancien voisin qui harcelait Alexia.

Surtout, il parle des problèmes rencontrés par son couple. Elle veut un enfant, lui souffre de troubles de l'érection, dit-il. Il décrit d'ailleurs son épouse comme "violente", l'humiliant régulièrement. Il montre des traces de morsures. Une façon de se dédouaner?

Pendant cette matinée du 28 octobre, Jonathann Daval a tenté de joindre sa femme Alexia sur son téléphone portable en lui envoyant trois SMS. L'un d'entre eux est signé d'un "Je t'aime". L'informaticien est également passé chez sa mère, qui le décrira comme "inquiet". Il évoque devant elle les "malaises" dont souffrirait sa jeune épouse, des pertes de conscience dans le temps et l'espace. Jonathann Daval est en train d'assembler les pièces du puzzle pour écrire un scénario, les "manœuvres" comme les décrivent la juge d'instruction.

· Les premiers doutes des enquêteurs

La découverte du corps d'Alexia Daval mais aussi les vérifications réalisées par les enquêteurs vont faire que "l'hypothèse Jonathann Daval est rapidement envisagée", indique la magistrate dans son ordonnance de mise en accusation. Le 30 octobre, Alexia Daval est découverte morte dans le bois de la Vaivre sur la commune d'Esmoulins. Son corps, masqué par des branchages, est en partie calciné. Un drap le recouvre partiellement.

Ce fait divers qui se transforme en affaire Daval connaît une couverture médiatique importante. Les images de Jonathann Daval, lors d'une conférence de presse, puis lors d'un rassemblement entouré des parents d'Alexia Daval et enfin lors de l'enterrement de la jeune femme, ont ému toute la France. Le jeune homme, visage en larmes, accablé par le chagrin mais soutenu par sa belle-famille, est soupçonné au regard des éléments de l'enquête.

Son témoignage comporte de nombreuses incohérences, comme l'heure de rentrée du couple la veille de la disparition d'Alexia Daval. La tracker GPS de la voiture de fonction de Jonathann Daval a été déclenché à sept reprises dans la nuit, un véhicule similaire à celui-ci à d'ailleurs été aperçu à proximité du lieu de découverte du corps. Un bouchon d'aérosol a été retrouvé sur les lieux, correspondant à un flacon dans le garage des Daval.

Quand elle a été découverte, Alexia Daval portait le même gilet que la veille de sa disparition, des restes du repas pris la veille au soir chez ses parents ont été retrouvés dans son estomac, loin du petit-déjeuner décrit par Jonathann Daval qu'elle aurait pris avant de courir.

· Les aveux partiels de Jonathann Daval

Le 29 janvier 2018, Jonathann Daval est interpellé. Un retentissement. Même sa belle-famille refuse de croire à sa culpabilité. Isabelle Fouillot, la mère d'Alexia Daval, dit aux enquêteurs soupçonner "tout le monde sauf Jonathann", qu'elle considère comme son fils. Le suspect, lui, nie. Au bout de cinq auditions, 24 heures après avoir été placé en garde à vue, il craque et finit par reconnaître la vérité, une vérité partielle. Jonathann Daval décrit alors "une crise violente" de son épouse qui l'a frappé, mordu.

"Sans le vouloir je l'ai étouffée", dit-il aux gendarmes, expliquant l'avoir maintenu sur le lit. Il explique avoir mis le corps dans la voiture, avoir pris un somnifère puis s'être réveillé à plusieurs reprises. Il conteste avoir brûlé le corps de sa femme.

L'information judiciaire va se poursuivre. Trop d'éléments ne coïncident pas avec la version livrée par Jonathann Daval, notamment avec les contusions causées par une lutte violente au sol et les multiples traces de coups que présentes sur le visage d'Alexia Daval lorsqu'elle a été retrouvée. Des coups ayant jusqu'à provoquer un écrasement du nez. Le 9 mars 2018, interrogé une nouvelle fois par la juge d'instruction, l'informaticien renouvelle pourtant ses aveux.

· Le revirement avant...

Pourtant, trois mois plus tard, l'affaire Daval connaît un nouveau rebondissement. Jonathann Daval change de version et accuse désormais son beau-frère Grégory Gay. Selon ses dires, le couple a dîné le soir chez ses beaux-parents en compagnie de la soeur et du beau-frère d'Alexia Daval. Cette dernière a alors fait une crise. En tentant de la maîtriser, Grégory Gay l'a étranglée. Isabelle et Jean-Pierre Fouillot ont aidé à déplacer le corps. Jonathann Daval livrera une nouvelle fois cette version le 29 novembre 2018.

Sa belle-famille demande et obtient une confrontation. Elle est organisée le 7 décembre 2018. Face à Isabelle Fouillot, la mère d'Alexia, Jonathann Daval craque et revient sur ses dernières déclarations. Cette dernière est venue avec une photo de sa fille et du chat du couple Happy, qui la relie à Alexia. "Si tu veux qu'on te pardonne, il faut qu'on comprenne. Tu t'enfermes le déni", lui intime son ancienne belle-mère.

Jonathann Daval affirme qu'il s'agit d'un accident: "Elle a fait une crise, je vous l'assure, ses crises d'hystérie. Je me suis enfermé dans un scénario pas possible. Je ne voulais pas réagir comme ça. C'était pas prémédité."

· .... Les dernières vérités de Jonathann Daval

L'accident décrit par Jonathann Daval jusqu'alors va évoluer lors d'un nouveau rendez-vous dans le bureau de la juge d'instruction. Il raconte que ce fameux 27 octobre 2017 au soir, lui et Alexia sont rentrés de chez ses beaux-parents. Cette dernière lui a fait des reproches.

Pour éviter une dispute, il a voulu sortir du pavillon, mais sa femme a tenté de l'en empêcher en voulant prendre les clés de voiture qu'il avait dans la main. Ils se sont alors agrippés et dans l'escalier menant au garage, Jonathann Daval a étranglé Alexia pendant 4 à 5 minutes. Il admettait lui avoir porté des coups au visage après sa mort, puis avoir transporté le corps dans son véhicule de fonction avant de le déposer le lendemain dans le bois où il a été retrouvé.

"J'ai encore du mal par rapport à ce geste, dit-il à la juge qui l'interroge sur ce qu'il a ressenti au moment des faits. C'est tout ce qui s'est accumulé, qui est remonté en même temps. J'ai pété un câble." A chaque fois, Jonathann Daval revient sur les humiliations qu'il dit avoir subies de la part de sa femme, en raison de ses problèmes d'érection.

Six mois plus tard, Jonathann Daval est transporté dans le pavillon qu'il partageait avec sa femme pour une reconstitution. Il raconte à nouveau ce moment où ils rentrent, qu'elle lui demande une relation sexuelle, son refus, les réflexions, les injures, puis la bousculade et les coups dans le couloir et dans l'escalier menant au garage.

"C'est là que ça m'a mis hors de moi, la morsure, les insultes", dit-il. Puis il a reproduit le déferlement de coups qu'il a infligés à son épouse, "de la main droite, de la main gauche au visage", des coups de poing toujours au visage, la tête d'Alexia qu'il a frappée contre le mur.

Jonathann Daval explique avoir voulu qu'Alexia se taise. Alors qu'elle continuait de l'injurier, il l'a étranglée tout en maintenant son corps avant qu'il ne s'affaisse. Il reconnaît enfin avoir brûlé le corps d'Alexia Daval. A chaque fois, Jonathann Daval a dit ne pas avoir prémédité son geste et ne pas avoir eu l'intention de tuer son épouse.

"Sous un aspect fragile, dépendant, soumis, les tests mettent en lumière un homme déterminé, plutôt dominant, qui peut, le cas échéant devenir colérique, voire agressif, frustré affectivement", a conclu l'un des experts psychologiques.
https://twitter.com/justinecj Justine Chevalier Journaliste police-justice BFMTV