BFMTV

Affaire Daval: "Jonathann Daval a admis qu'il a procédé à la crémation partielle du corps

Etienne Manteaux, le procureur de la République de Besançon.

Etienne Manteaux, le procureur de la République de Besançon. - BFMTV

Lors de la reconstitution du meurtre, Jonathann Daval a reconnu avoir tenté de mettre le feu au corps de sa femme. Un élément qu'il avait toujours nié.

Un dossier qui a "profondément évolué". La reconstitution du meurtre d'Alexia Daval a répondu aux questions que pouvait encore se poser la justice. "Jonathann Daval a finalement admis qu'il avait non seulement donné la mort à Alexia Daval et qu'il avait également procédé à cette crémation partielle du corps", a expliqué le procureur de Besançon.

Pendant près de 7 heures, Jonathann Daval est revenu sur cette tragique nuit du 28 octobre. Le juge d'instruction, le greffier, le procureur, le suspect, les parents de la victime, sa soeur et son beau-frère et leurs avocats se sont d'abord rendus au domicile du couple à Gray-la-Ville. Sur place, Jonathann Daval est revenu sur sa version des faits. Jusqu'alors, l'informaticien avait reconnu avoir étranglé sa femme au terme d'une dispute après une crise d'hystérie de la jeune femme".

"La version des faits de Jonathann Daval a encore évoluée au cours de cette reconstitution", insiste le procureur.

Plusieurs coups de poing

Dans ce huis-clos familial, le trentenaire a livré une nouvelle version: en rentrant d'un dîner de chez ses parents, Alexia Daval a souhaité avoir un rapport sexuel alors qu'elle suivait un traitement lié à son envie de grossesse. "Il a refusé ce rapport sexuel", poursuit Etienne Manteaux, expliquant que Jonathann Daval a voulu quitter le domicile. Des premiers coups ont été donné dans les escaliers. "Dans un premier temps, il y a eu une empoignade au niveau du visage (...) il a frappé son visage sur un mur du béton", rapporte le procureur de Besançon.

Ensuite, Jonathann Daval a mimé "entre 5 et 10 coups de poing" donné au visage de son épouse, avant de l'étrangler "pendant 4 minutes". Des faits "parfaitement cohérents avec l’autopsie", relève Etienne Manteaux.

Jonathann Daval a ensuite été transporté jusqu'à la forêt d'Esmoulins où le corps d'Alexia Daval a été découvert. Sur place, une des dernières zones d'ombre de cette enquête a été levée. Face aux éléments très forts pour se convaincre de sa culpabilité", l'informaticien a reconnu avoir tenté d'incendier le corps de sa femme. Sur place, les enquêteurs avaient d'ailleurs retrouvé sous le corps de la victime un bouchon correspondant à une bombe de mousse expansive, hautement inflammable, découverte, elle, au domicile des Daval.

"La vérité"

Les nouveaux aveux de Jonathann Daval reposent sur l'intervention de ses beaux-parents qui ont fait "une demande pressante" pour qu'il dise ce qu'il s'est réellement produit. "Ils l'ont imploré de dire toute la vérité", relate encore le procureur. Déjà en décembre dernier, c'est l'intervention d'Isabelle Fouillot, la mère d'Alexia, qui avait provoqué un nouveau rebondissement. Lors d'une confrontation, et face à une photo de son épouse et de son chat, Jonathann Daval avait fini par reconnaître avoir tué Alexia.

"Nous voulions la vérité, nous l'avons eue", a réagi la mère d'Alexia, Isabelle Fouillot, qui estime que désormais sa fille "va peut-être pouvoir reposer en paix". "C'est tellement dur pour l'instant, on l'aimait, le pardon, ça viendra un peu plus tard, chaque chose en son temps", a-t-elle enchaîné, alors que le procureur de Besançon a indiqué que le procès pourrait se tenir au deuxième semestre 2020.

Justine Chevalier