BFMTV

Jonathann Daval craque lors de sa confrontation: il reconnaît à nouveau avoir tué Alexia

-

- - AFP

Jonathann Daval était confronté ce vendredi aux parents, à la soeur et au beau-frère d'Alexia Daval. Il est revenu sur sa dernière version et redit qu'il a tué, seul, son épouse.

Il a avoué, puis est revenu sur ses déclarations avant d'avouer à nouveau. Lors de sa confrontation avec Isabelle Fouillot, la mère d'Alexia, Jonathann Daval a avoué, pour la deuxième fois, avoir tué son épouse. Un énorme rebondissement dans ce dossier alors qu'il y a quelques mois l'homme de 34 ans avait mis en cause l'ensemble de sa belle-famille dans la mort de la jeune femme de 29 ans.

Face à la mère d'Alexia, Jonathann Daval a fini par craquer en début d'après-midi. Là, en sanglots, il a raconté avoir agi seul dans la soirée du 29 novembre. Au cours d'une violente dispute au domicile du couple, il dit avoir étranglé sa femme, transporter son corps mais continue de nier l'avoir calciné. Après avoir livré ce récit, l'homme de 34 ans s'est agenouillé afin de lui demander pardon. L'homme entretenait un lien particulier avec Isabelle Fouillot qui l'a aidé à se confier en lui présentant une photo d'Alexia.

"Je suis soulagée, a réagi Isabelle Fouillot à la sortie du bureau du juge. Je lui avais amené une photo d'Alexia et du chat Happy, c'est ce qui a permis de déclencher la vérité en ayant bien insisté sur le fait qu'on l'a aimé pendant 10 ans, que c'était notre fils, qu'on a fait tout ce qu'il fallait pour eux, qu'on l'a toujours aimé et qu'il fallait qu'il se libère de ce carcan de déni dans lequel il était."

Mis en examen pour "meurtre sur conjoint"

Ce vendredi, Jonathann Daval était confronté, dans le bureau du juge d'instruction de Besançon, à la famille d'Alexia, son épouse. Dans la matinée, il s'est retrouvé face à Stéphanie puis Grégory Gay, la soeur et le beau-frère de la victime. Lors de ces auditions, l'informaticien de 34 ans a maintenu sa version: Grégory Gay a tué Alexia après que celle-ci a fait une crise d'hystérie lors d'un repas de famille. Un "pacte familial" avait alors été scellé.

"Deux confrontations ont eu lieu ce matin avec son beau-frère, Grégory Gay et sa belle-soeur, et soeur d'Alexia Daval, Stéphanie Gay. Confrontations qui n'ont pas permis de faire avancer les choses", a avancé le procureur de Besançon.

Jean-Pierre et Isabelle Fouillot ainsi que Grégory et Stéphanie Gay ont toujours nié. C'est d'ailleurs à leur demande, eux qui souhaitaient se retrouver face au suspect, l'avoir les yeux dans les yeux, que les confrontations ont été organisées. Après trois mois de silence, ce dernier avait fini par avoué avoir étranglé par accident sa femme. Il avait alors été mis en examen pour "meurtre sur conjoint". Mais en juin dernier, lors d'une audition, il était revenu sur ses déclarations avançant la thèse du "complot familial". 

Une reconstitution dans les prochaines semaines

"Tout s'est passé très vite", a répété à plusieurs reprises lors de cette confrontation Jonathann Daval, justifiant les traces de coups par le fait qu'Alexia Daval est tombée dans les escaliers au cours de la dispute. Le juge d'instruction de Besançon devra "malgré tout encore clarifié les zones d'ombres" en réinterrogeant le suspect dans les jours à venir, a fait savoir le procureur de la République de Besançon. 

"La vérite est difficile à dire à cette heure", poursuit le magistrat, estimant qu'il reste deux questions: les violences sur la victime avant sa mort et le fait que le corps a été retrouvé en partie calciné. Pour essayer de faire avancer l'enquête, une reconstitution va être organisée.

Justine Chevalier avec Florent Bonnard