BFMTV

"Il ne savait pas trop s’arrêter", un ami de Nordahl Lelandais raconte "Nono le barjot"

Nordahl Lelandais.

Nordahl Lelandais. - Capture BFMTV

Les révélations sur Nordahl Lelandais se multiplient ces dernières semaines, avec notamment la découverte d'images pédopornographiques sur son téléphone. Décrit comme quelqu'un de social, intégré, l'ex-militaire avait également un comportement "lourd" avec son entourage et principalement les femmes.

Alors que les enquêtes progressent dans les deux affaires qui concernent Nordahl Lelandais, le profil du meurtrier présumé de Maëlys et d'Arthur Noyer se dessine peu à peu. Le 14 février dernier, après six mois de mensonges, l'ancien militaire de 34 ans a avoué avoir tué "accidentellement" la petite fille de neuf ans lors d'une fête de mariage. Quelques jours plus tard, il reconnaissait avoir pris en stop le jeune caporal de 24 ans le soir de sa disparition.

Décrit comme quelqu'un de social, l'ancien militaire de 34 ans n'avait, jusqu'alors pas fait de vague dans la région malgré une vie, semble-t-il, peu stable. "C’était un squatteur, un vagabond, confie à BFMTV Dylan un ami de Nordahl Lelandais. Il s’agrippait à tous les groupes. C’était un peu la pièce rapportée. Dans la soirée, c’était un peu l’ami rapporté par un autre ami." Peu enclin aux conventions, "il (Nordahl lelandais, NDLR) pouvait passer chez vous sans prévenir, à n’importe quelle heure", poursuit l'homme de 35 ans.

"Un vagabond"

En 2002, Nordahl Lelandais, passionné de chiens, entre dans l'armée au 132e bataillon cynophile de l'armée de terre, basé à Suippes, dans la Marne. Il en est renvoyé définitivement en 2010 pour des problèmes de comportement. Entre temps, il a été condamné pour le cambriolage et l'incendie d'un restaurant en Isère. Il était revenu s'installer dans la région de Chambéry, à Domessin, où ses parents habitent et s'était reconverti en éducateur canin.

"C’était un peu un vagabond, il avançait pas trop et forcément les gens s’éloignaient, détaille Dylan. Pour moi, il avait pas beaucoup d’avenir et il se posait pas beaucoup de questions."

L'homme sort beaucoup dans la région de Chambéry. "C'était un fêtard, qui aimait bien profiter. Il n'aimait pas trop travailler, c'était un peu un fainéant", avait réagi sur BFMTV un ancien proche du suspect. "Nordahl, c’était Nono, Nono jusqu’à devenir Nono le barjot, complète l'ami du suspect numéro un dans les affaires Maëlys et Arthur Noyer. C’était tout le temps Nordahl à faire la bêtise de trop, à aller un peu trop loin, à faire la blague de trop. Il ne connaissait pas trop ses limites, il ne savait pas trop s’arrêter. C’était un peu lourd."

"Supérieur"

On connaît également à Nordahl Lelandais de nombreuses relations avec des femmes. "Il était lourd un petit peu envers les femmes, le détachement était compliqué, poursuit Dylan. Ce qu’on entendait derrière c’est qu’il était malheureux, les ruptures se passaient très très mal." Plusieurs femmes l'ont notamment décrit comme sujet à des accès de violences.

"Il se croyait supérieur, donc le fait de lui dire ‘non’ je pense que ça il l’acceptait mal, conclut Dylan. Il changeait un petit peu à partir du moment où vous lui disiez ‘non’."

L'enquête a également permis de découvrir que Nordahl Lelandais détenait des images pédopornographiques sur son téléphone portable.

"Nordahl Lelandais s'intéressait de près aux disparitions de corps humains j'ai objectivement suffisamment d'éléments dans mon dossier pour considérer que Nordahl Lelandais est mis en cause par de lourdes charges", a rappelé pour sa part Me Fabien Rajon, l'avocat de la famille de Maëlys.

J.C.