BFMTV

Hauts-de-Seine: Isabelle Balkany visée par une enquête pour favoritisme

Vice-présidente du Conseil général des Hauts-de-Seine en 2008, Patricia Balkany est soupçonnée d'avoir fait preuve de "favoritisme" lors de l'attribution d'un marché de 40 millions d'euros.

Vice-présidente du Conseil général des Hauts-de-Seine en 2008, Patricia Balkany est soupçonnée d'avoir fait preuve de "favoritisme" lors de l'attribution d'un marché de 40 millions d'euros. - Martin Bureau - AFP

Vice-présidente du Conseil général des Hauts-de-Seine en 2008, Isabelle Balkany est soupçonnée d'avoir à l'époque fait preuve de "favoritisme" lors de l'attribution d'un marché de 40 millions d'euros visant à reconstruire un collège de Courbevoie. Une information judiciaire a été ouverte, révèle Mediapart.

Pas facile de s'y retrouver dans la folle saga des affaires judiciaires qui entourent le couple formé par Patrick et Isabelle Balkany. Une semaine après que l'immunité parlementaire du maire de Levallois-Perret a été levée pour les besoins d'une enquête pour blanchiment de fraude fiscale, mais un peu avant que son nom soit cité dans le cadre du scandale Bygmalion, Mediapart a révélé l'existence d'une nouvelle affaire portant sur le tandem des Hauts-de-Seine.

En l'occurrence, c'est Isabelle Balkany qui est de nouveau dans le collimateur des juges. Une information judiciaire vient d'être ouverte par le parquet de Nanterre, des soupçons de "favoritisme" pesant sur la première adjointe et épouse de l'édile levalloisien dans le cadre de l'attribution d'un marché de 40 millions d'euros, réalisé en 2008. Une époque à laquelle l'élue occupait le poste de vice-présidente du Conseil général des Hauts-de-Seine.

Une "révélation de faits présumés délictueux"

Toujours selon Mediapart, tout serait ici parti d'un signalement, réalisé en février 2014 par le procureur financier de la chambre régionale des comptes d'Île-de-France. Une "révélation de faits présumés délictueux" est alors transmise au parquet de Nanterre, qui décidera d'ouvrir un mois plus tard, soit il y a un an tout juste, une information judiciaire pour "favoritisme", "complicité de favoritisme" et "recel".

Si le dossier est à l"époque ouvert "contre X", les soupçons sont déjà portés sur Isabelle Balkany. Le signalement en question est transmis aux juges d'instruction Renaud Van Ruymbeke et Patricia Simon: ceux-là même qui ont demandé et obtenu la levée de l'immunité parlementaire de Patrick Balkany.

Fayolle, une société bien connue des Balkany

Dans le détail, l'épouse Balkany est suspectée d'avoir usé de son pouvoir de l'époque pour truquer la procédure d'attribution d'un marché "public-privé" de 40 millions d'euros visant à la reconstruction et l'entretien du collège Pompidou de Courbevoie, qui accueille près de 700 élèves. Or, l'entreprise qui a empoché le contrat est la société Fayolle.

Un nom bien connu dans la commune dirigée par les Balkany, où elle a remporté de nombreux chantiers. Au point même que le maire et son adjointe auraient sollicité, toujours selon les accusations de Mediapart, des travaux "à l'oeil" pour leur manoir de Normandie.

Interrogée par le journal d'investigation en ligne, la principale intéressée a simplement indiqué que la Chambre régionale des comptes (CRC) l'avait "interrogée par écrit" et qu'elle leur avait "répondu par écrit en lui précisant qu'aucune irrégularité n'a été commise" de sa part.

https://twitter.com/jmaccaud Jérémy Maccaud Chef d'édition BFMTV