BFMTV

Financement libyen de la campagne de 2007: la contre-attaque de Sarkozy face à Takieddine

Dans un entretien à Mediapart, l'homme d'affaires affirme avoir remis des valises d'argent libyen entre 2006 et 2007 à Claude Guéant et Nicolas Sarkozy, alors directeur de cabinet et ministre de l'Intérieur.

La réaction ne s'est pas fait attendre. Après les affirmations de Ziad Takieddine assurant avoir remis à Claude Guéant et Nicolas Sarkozy des valises remplies d'argent libyen, qui aurait servi à financer la campagne de 2007, l'ancien président de la République "oppose un démenti formel à ces nouvelles allégations", fait savoir son avocat.

"Une fois encore et toujours à quelques jours d'une échéance électorale, Mediapart tente de salir Monsieur Nicolas Sarkozy par des allégations aussi mensongères aujourd'hui qu'elles ne l'étaient hier, en publiant une interview de Ziad Takieddine", attaque Me Thierry Herzog.

L'avocat de Nicolas Sarkozy assure que "des poursuites seront donc engagées" en réponse à ce qu'il qualifie de "manipulation grossière". De son côté, un peu plus tôt dans l'après-midi, Claude Guéant a d'ores et déjà annoncé son intention de porter plainte pour diffamation contre Ziad Takieddine.

Trois valises auraient été remises

Alors qu'une enquête est ouverte pour savoir si la campagne de 2007 de Nicolas Sarkozy a profité d'un financement illégal, notamment en provenance de Libye, Ziad Takieddine a affirmé auprès de Mediapart avoir remis trois valises entre 2006 et 2007 au ministère de l'Intérieur. A cette époque, Claude Guéant était le directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy, alors patron de la place Beauvau. 

L'intermédiaire sulfureux explique avoir été approché par le chef des renseignements libyens dans cette interview accordé au site d'informations.

- "Son frère s'amène avec une valise que je dois ramener en France à Monsieur Guéant". 
- "Dans cette valise, il y a quoi?"
- "Il n'y a que de l'argent, poursuit l'homme d'affaires. Il y a, à peu près, je pense, 1,5 million."

Sarkozy au courant, selon Takieddine

Au total, ce sont cinq millions d'euros en espèces provenant du régime de Mouammar Kadhafi. Les douanes passés sans être inquiété, Ziad Takieddine se serait ensuite rendu directement au ministère de l'Intérieur. De de ces valises ont été remises, contenant des liasses de billets de 200 et 500 euros, à Claude Guéant. L'homme d'affaires aurait déposé une dernière valise "directement en haut" dans un appartement où se trouvait Nicolas Sarkozy.

- Est-ce que M. Sarkozy est au courant de ce qu'il y a l'intérieur?"
- Ca franchement je vais vous dire: 'bien sûr, oh'"

Cette troisième rencontre se serait déroulée en janvier 2007. Décrit comme un manipulateur par l'un de ces anciens avocats, qui explique qu'il y a de la vérité et du mensonge dans ce qu'il dit, Ziad Takieddine pourrait être mis face à ces contradictions. Pour appuyer sa défense, Me Thierry Herzog a choisi de rendre public ce mardi deux extraits du procès-verbal d'audition de l'homme d'affaires, interrogé en qualité de témoin en juin 2012 à la suite d'une plainte déposée par l'ancien-président contre Mediapart.

"Je n'ai aucune relation particulière avec Monsieur Nicolas Sarkozy, assurait-t-il. Je l'ai rencontré à deux reprises.La première fois c'était fin 2002. (...) La seconde fois c'était en novembre 2003. (...) Depuis cette date, je n'ai plus rencontré monsieur Sarkozy." 

Guéant mis en examen

Une enquête a été ouverte en avril 2013 sur le financement de la campagne de 2007. Elle porte sur des charges de "corruption active et passive", "trafic d'influence", "faux et usage de faux", "abus de biens sociaux", "blanchiment, complicité et recel de ces délits". Depuis plus de deux ans et demi, le juge Serge Tournaire a recueilli sept témoignages à charge contre Nicolas Sarkozy. 

Le magistrat dispose notamment d'un carnet d'un dignitaire libyen, retrouvé mort, dans lequel sont détaillées certaines rencontres entre Nicolas Sarkozy et le colonel Kadhafi, mais aussi des versements occultes. Mais Serge Tournaire ne dispose d'aucune preuve. En mars dernier, Claude Guéant a été mis en examen pour "faux" et "blanchiment de fraude fiscale". Il est soupçonné d'avoir menti sur la provenance de 500.000 euros qu'il a attribué à la vente de deux tableaux flamands.

Justine Chevalier avec Sarah-Lou Cohen