BFMTV

Enquête sur le PNF: le député LFI Hugo Bernalicis porte plainte contre Eric Dupond-Moretti

Ugo Bernalicis, le député La France insoumise du Nord.

Ugo Bernalicis, le député La France insoumise du Nord. - BFMTV

Le député La France insoumise dénonce un conflit d'intérêt dans l'enquête administrative lancée à l'encontre de trois magistrats du parquet national financier.

L'enquête administrative sur les magistrats du parquet national financier rebondit sur le plan pénal. Le député La France insoumise Hugo Bernalicis a annoncé sur BFMTV porter plainte contre Eric Dupond-Moretti. Ce signalement auprès du procureur de la République de Paris, qui doit être déposé ce jeudi, dénonce des faits de "prise d'illégale d'intérêts" et "délit d'intimidation de magistrats".

"Je fais un signalement et je demande que la justice enquête car j'ai la conviction que le ministre, le garde des Sceaux, est en service commandé de la part du président de la République", dénonce l'élu du Nord.

Le député LFI réagit à l'enquête administrative décidée par le garde des Sceaux, et qui porte sur trois magistrats du parquet national financier qui ont épluché les fadettes d'avocats parisiens pour tenter d'identifier une taupe qui aurait informé Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog, qu'ils étaient placés sur écoute dans une autre affaire judiciaire. Dans son premier rapport, l'Inspection générale de la justice, saisie en juillet par l'ex-ministre de la Justice Nicole Belloubet, avait estimé qu'il n'y avait pas eu de dysfonctionnement majeur.

"C'est un double conflit d'intérêt, tranche Hugo Bernalicis. Le premier, c'est qu'on a Eric Dupond-Moretti qui lance une inspection, qui ne répond qu'au ministre de la Justice. Par ailleurs, il a été lui-même dans l'affaire des fadettes (...). Le conflit d'intérêt continue puisqu'il va plus loin dans le disciplinaire alors même que le rapport de l'inspection ne pointe aucune responsabilité personnelle (...)."

"Double conflit d'intérêt"

Hugo Bernalicis estime que l'implication du politique dans cette affaire remonte jusqu'à l'Elysée. "On est en train de faire une cabale contre trois magistrats pour des raisons politiques, déplore l'élu. Qui sont les mis en cause dans cette affaire? Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog, un grand ami d'Eric Dupond-Moretti. Ils ont passé l'été ensemble. Ca ne vous choque pas vous que le ministre de la Justice en exercice rencontre quelqu'un qui est prévenu dans une affaire qui va passer en novembre prochain et qui met en cause les deux magistrats qui suivent l'affaire? Ca fait beaucoup!"

"Il y a des liens d'intérêt entre Eric Dupond-Moretti, Emmanuel Macron et Nicolas Sarkozy (...)", poursuit encore l'élu.

L'ancien président de la République sera jugé du 23 novembre au 10 décembre par le tribunal correctionnel de Paris, aux côtés de son avocat Thierry Herzog et de l'ancien haut magistrat à la Cour de cassation Gilbert Azibert. Nicolas Sarkozy, jugé pour "corruption", est soupçonné d'avoir obtenu en 2014 des informations secrètes sur une autre affaire judiciaire, concernant Liliane Bettencourt, dans laquelle il était impliquée.

Invité de BFMTV ce jeudi matin, Eric Dupond-Moretti s'est défendu de tout conflit d'intérêt. "L'inspection générale de la justice a rendu son rapport, diligenté par des magistrats indépendants. Je l'ai confié au bureau de déontologie de la Chancellerie et on m'a dit qu'il y avait peut-être des errements, j'ai donc demandé une enquête et elle est en cours. Si cette enquête conclut qu'aucune faute déontologique n’a été commise, je serai le garde des Sceaux le plus heureux du monde", s'est-il défendu. Cette enquête a également déclenché la fronde du monde judiciaire.

https://twitter.com/justinecj Justine Chevalier Journaliste police-justice BFMTV