BFMTV

Enquête visant le PNF: Eric Dupond-Moretti se défend de tout conflit d'intérêt

Le garde des Sceaux a justifié sa décision d'ouvrir une enquête administrative après le rapport rendu par l'inspection générale de la justice. "Les juges ne sont pas au-dessus des lois", a-t-il martelé.

"Il n'y a pas de conflit d'intérêt." Invité sur le plateau de BFMTV et RMC ce jeudi matin, le garde des Sceaux a répondu aux attaques des magistrats concernant l'enquête sur les investigations du parquet national financier (PNF).

"L'inspection générale de la justice a rendu son rapport, diligenté par des magistrats indépendants. Je l'ai confié au bureau de déontologie de la Chancellerie et on m'a dit qu'il y avait peut être des errements, j'ai donc demandé une enquête et elle est en cours. Si cette enquête conclut qu'aucune faute déontologique n’a été commise, je serai le garde des Sceaux le plus heureux du monde", s'est-il défendu.

Le garde des Sceaux a en effet ordonné l'ouverture d'une enquête administrative après un rapport sur les investigations du PNF pour identifier la "taupe" qui aurait pu informer Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog - un ami proche de Dupond-Moretti - qu'ils étaient sur écoute dans une affaire de corruption, pour laquelle ils seront jugés à partir du mois prochain.

"Prendre les décisions qui s’imposent"

Les données téléphoniques de plusieurs ténors du barreau, dont Eric Dupond-Moretti, avaient été épluchées. Il avait porté plainte, avant de la retirer à sa nomination comme garde des Sceaux en juillet. Des magistrats s'étaient rassemblés devant les tribunaux le 24 septembre pour dénoncer ce "conflit d’intérêt", et des motions ont depuis été adoptées dans différentes juridictions du pays - 82 pour l'instant selon les syndicats - pour appeler Emmanuel Macron à "agir" et faire respecter "l'indépendance de l'autorité judiciaire".

"Que l'on ne confonde pas l'indépendance des magistrats qui permettrait tout, et l'indépendance des magistrats qui serait soucieuse d'une déontologie à laquelle tout le monde doit se soumettre. Les juges ne sont pas au-dessus des lois", a lancé ce jeudi matin Eric Dupond-Moretti.

Et d'ajouter: "Les magistrats dénoncent un conflit d’intérêt majeur, moi je dis que ce n’en est pas un et que le garde des Sceaux a des responsabilités. S’il apprend que des choses non-déontologiques ont été faites, il doit prendre les décisions qui s’imposent."

Ambre Lepoivre Journaliste BFMTV