BFMTV

Disparition de Delphine Jubillar: les battues citoyennes, dispositif utile pour les enquêteurs

Une battue citoyenne organisée dans le Tarn, dans le cadre de l'enquête sur la disparition de Delphine Jubillar, le 23 décembre 2020

Une battue citoyenne organisée dans le Tarn, dans le cadre de l'enquête sur la disparition de Delphine Jubillar, le 23 décembre 2020 - AFP / Fred Scheiber

Devenue un incontournable dans les affaires criminelles, la battue citoyenne permet aux enquêteurs, tout en bénéficiant d'une aide supplémentaire, d'observer les comportements potentiellement suspects.

Se cacher à ciel ouvert. C'est ce type de comportement qu'espèrent déceler certains enquêteurs qui supervisent une battue citoyenne ou qui observent, plus discrètement, une marche blanche en hommage à une victime. Généralement perçue comme pouvant être une nuisance au travail de recherche des forces de l'ordre, la battue citoyenne peut potentiellement le compléter.

"On observe les gens, leur comportement, et on peut éventuellement détecter des choses suspectes", souligne, dans les colonnes du Parisien, un enquêteur qui a travaillé sur le dossier Daval.

Rayon de 4 à 5 kilomètres

Ce renfort citoyen est mobilisé dans l'affaire Delphine Jubillar, cette infirmière âgée de 33 ans qui a disparu de son domicile de Cagnac-les-Mines, dans le Tarn. Une enquête a été ouverte par le procureur pour "enlèvement et séquestration".

Ce mercredi, plusieurs centaines d'habitants du secteur se sont réunies afin d'explorer chaque recoin, dans un rayon de 4 à 5 kilomètres, déjà exploré par les gendarmes et équipes cynophiles, pour tenter de retrouver des indices non repérés lors des premiers passages.

Les habitants ont inspecté le secteur du bois de Saint-Quintin, zone très dense et "très compliquée d'accès" selon le maire de la commune Patrice Norkowski, interrogé par France Bleu Occitanie. Le terrain est escarpé, avec des trous, des ronces et des herbes hautes.

Contrairement aux derniers jours, cette nouvelle journée de recherche a été organisée sans chien. Aucun hélicoptère n'a été déployé. En revanche, six plongeurs ont sondé les points d’eau environnants. La famille de Delphine Jubillar a pris part aux battues.

Selon nos informations, aucune découverte majeur n'a été faite. Seule une dizaine d'objets ont été retrouvés, dont une paire de chaussettes noires et un couteau qui a été envoyé pour analyse.

Lieux plus accidentés

La disparition de la petite Maëlys à l'été 2017 fut l'occasion du déploiement d'un dispositif similaire. Idem lorsqu'a disparu Alexia Daval: des recherches du même type avaient alors été menées pendant 36 heures à Gray, en Haute-Saône. Un enquêteur présent lors de cette opération raconte au Parisien que "malgré les hélicoptères et les drones, certains lieux ne peuvent être explorés à fond sans présence humaine".

"Quand nous sommes dans une zone rurale, la battue citoyenne permet de fouiller un terrain très vaste. Mais il ne faut pas la faire n'importe quand, et attendre d'avoir épuisé d'autres options", poursuit-il.

Ne pas perturber l'odorat des chiens

Ces opérations comportent toutefois toujours le risque de voir certains indices détériorés par des gens qui ne sont pas formés aux recherches méthodiques comme le sont les enquêteurs. La même prudence avait été observée après la disparition de Victorine Dartois dans l'Isère, fin septembre. La battue avait été organisée à l'initiative de sa grande sœur.

Les enquêteurs avaient alors demandé aux habitants de Villefontaine de cesser leurs recherches afin de ne pas perturber l'odorat des chiens. Ces derniers, généralement des Saint-Hubert ou des Malinois, peuvent aussi aider à délimiter une zone de recherche et, ainsi, permettre à la battue d'être plus efficace.

Jules Pecnard Journaliste BFMTV