BFMTV

Dekhar arrêté: Demorand rassure sur la santé de l'assistant-photographe blessé à "Libération"

Nioclas Demorand (lunettes), directeur de publication de "Libération", peu après la fusillade dans le hall du journal.

Nioclas Demorand (lunettes), directeur de publication de "Libération", peu après la fusillade dans le hall du journal. - -

Le directeur de publication de "Libération" s'est dit soulagé de l'arrestation mercredi soir d'Abdelhakim Dekhar et a donné des nouvelles rassurantes de l'assistant photographe blessé.

"Je pense à César (l'assistant-photographe blessé, ndlr) et à sa famille. Je suis très soulagé aussi par rapport à eux. César, je l'ai vu, je lui ai parlé, il va bien. C'est un garçon qui est définitivement maintenant du côté de la vie", a expliqué Nicolas Demorand, directeur de publication du journal Libération.

L'assistant photographe grièvement blessé lundi dans le hall d'entrée de Libération par un homme armé d'un fusil avait été "sorti du coma artificiel" le lendemain, son état ayant alors été jugé stable.

Un "soulagement immense"

Le patron de "Libé" a par ailleurs estimé que: "C'est un soulagement immense qu'un homme extrêmement dangereux ne soit plus en circulation dans les rues de Paris. Sur le plan de la sécurité collective, c'est une très bonne chose". Il s'est également dit soulagé pour " l'équipe de Libé qui a été frappée dans ses murs".

Interrogé sur un lien éventuel entre le passé du tueur dans l'affaire Rey-Maupin et le choix de ses cibles, Nicolas Demorand a dit qu'il restait d'une "extrême prudence" car le "tireur ne s'est pas encore exprimé".

Abdelhakim Dekhar, surnommé "Toumi" à l'époque, avait été condamné à quatre ans de prison en 1998 pour complicité dans l'affaire Florence Rey-Audry Maupin, pour avoir acheté le fusil à pompe qui avait servi à l'équipée sanglante des deux jeunes gens qui avait fait cinq morts, trois policiers, un chauffeur de taxi et Audry Maupin, le 4 octobre 1994 à Paris.

D. N. avec AFP