BFMTV

Colis piégé à Lyon: le suspect a révélé ses motivations aux enquêteurs

INFO BFMTV - Après être passé aux aveux, le suspect dans l'affaire du colis piégé à Lyon, désormais mis en examen et placé en détention provisoire, a expliqué les motivations de son passage à l'acte présumé aux enquêteurs. Il évoque sa volonté de semer la peur.

Une dizaine de jours après l'attaque au colis piégé à Lyon qui a fait 14 blessés, le principal suspect a été mis en examen vendredi et placé en détention provisoire. Pendant sa garde à vue, qui a duré quatre jours, Mohamed Hichem Medjoub, jeune Algérien de 24 ans, a fini par expliquer ses intentions aux enquêteurs, après avoir nié toute implication durant les premiers interrogatoires.

Selon nos informations, le jeune homme a expliqué le choix de sa cible, devant laquelle il a déposé un "engin explosif" le 24 mai dernier: une boulangerie de l'enseigne Brioche Dorée, pour générer un sentiment d'insécurité et de terreur dans un lieu a priori "banal", où les gens se rendent quotidiennement pour acheter à manger.

Des motivations "politiques" derrière son acte

Quant au choix de la date de l'attaque, le suspect dit avoir commis cet acte terroriste à la veille des élections européennes du 26 mai, dans le but de faire monter le vote de l'extrême droite. Le FN étant le seul parti, selon lui, "capable d'emmener un jour la France en guerre, et notamment contre l'Islam, ce qui affaiblirait de fait le pays". Mohamed Hichem Medjoub dit s'être senti "obligé" de mener le jihad en France après les bombardements de la coalition en Syrie. S'il dit n'avoir jamais eu aucun lien avec des membres de Daesh, et avoir agi de façon isolée, sans en parler à personne, il affirme avoir prêté allégeance au groupe terroriste "en son for intérieur".

Concernant l'explosif utilisé, il raconte l'avoir fabriqué la nuit, dans sa cuisine, à l'abri des regards de sa famille, qui, selon lui, ne s'est jamais doutée de rien. Une famille qu'il critique volontiers devant les policiers, "pas assez pratiquante" à son goût. Il explique avoir utilisé du TATP comme explosif plutôt qu'un produit plus dangereux encore car son but, dit-il, n'était pas de tuer mais de semer la peur. Il affirme d'ailleurs n'avoir jamais eu l'intention de repasser une deuxième fois à l'acte. Les enquêteurs vont désormais devoir vérifier ses propos et déterminer si l'intensité de la charge explosive a été volontairement limitée, ou si elle aurait pu être mortelle.

Il voulait radicaliser ses futurs co-détenus

Mohamed Hichem Medjoub a également assuré avoir volontairement laissé des indices, et s'être laissé filmer à dessein par les caméras de vidéosurveillance des rues de Lyon, afin que les policiers réussissent à remonter jusqu'à lui. Objectif? Être arrêté, placé en prison et pouvoir radicaliser ses co-détenus pour "monter une armée". Toujours selon nos informations, le suspect est actuellement placé en isolement à la prison de la Santé à Paris, et n'a aucun contact avec les autres détenus.

Alexandra Gonzalez