BFMTV

Burkini: le maire de Villeneuve-Loubet dénonce une "instrumentalisation"

Le Conseil d'Etat a décidé ce vendredi de suspendre l'arrêté anti-burkini de Villeneuve-Loubet. Le maire LR de la commune, Lionnel Luca, a dénoncé sur BFMTV une "instrumentalisation" organisée par "certaines associations communautaristes".

Interdire ou ne pas interdire, telle est la question. Le Conseil d'Etat, qui a été saisi par la Ligue des droits de l'homme, a tranché sur la polémique des arrêtés anti-burkini ce vendredi. Il a décidé de suspendre celui de Villeneuve-Loubet. Depuis, les réactions politiques fusent. Le maire de la commune, Lionnel Luca, a critiqué cette décision et a annoncé vouloir déposer une loi , à l'image de Nicolas Sarkozy et Jean-François Copé.

Une décision rejetée

Le maire LR Lionnel Luca a critiqué une "décision (qui) est loin d'apaiser et va au contraire raviver les tensions". Selon lui, "cette décision qui suspend l'arrêté et ne l'annule pas, désavoue deux décisions du tribunal administratif de Nice" qui avait validé l'arrêté anti-burkini de Villeneuve-Loubet. "Elle considère qu'un maire ne saurait prévenir des troubles à l'ordre public mais devrait les subir" a-t-il estimé sur BFMTV.

"Le terrible attentat du 14 juillet n'est pas un traumatisme suffisant pour que les maires soient fondes d'intervenir" a-t-il affirmé

Contre la suspension de son arrêté anti-burkini, le maire de Villeneuve-Loubet a dénoncé une "instrumentalisation" organisée par des "associations communautaristes et ses relais complaisants". Selon lui, elles ont "été déterrer des arrêtés qui s'appliquaient sans problèmes". Lionnel Luca regrette de ne pouvoir exercer son pouvoir comme il le souhaite et pointe du doigt "une stratégie politique d'empiétement supplémentaire sur la laïcité républicaine" qui ne pourrait être réglée qu'avec la promulgation d'une loi.

Vers une loi anti-burkini

"Seule désormais une loi peut les prévenir"

Il a annoncé vouloir s'employer "dès la rentrée parlementaire" à la création d'une loi qui permettrait aux maires de "ne plus être invalidés quand ils prennent un arrêté qui prévient tout trouble".

Pour appuyer ses dires, il a pris comme exemple le port du voile dans les écoles, qui avait été accepté par le Conseil d'Etat et par la suite annulé par une loi. " Il faut s'en inspirer" a déclaré l'élu LR.

Une commune sans histoires

La commune de Villeneuve-Loubet a été l'une des premières a prendre un arrêté anti-burkini. Il n'y a eu "que quelques cas sur lesquels nous sommes intervenus, avec la courtoisie nécessaire" a déclaré Lionnel Luca, alors que de nombreuses photos et verbalisations de femmes voilées sur la plage font polémique.

Il a déclaré qu'il n'y avait eu "aucun procès verbal" et a assuré vouloir "regarder de quelle manière" il pourrait "reconsidérer" son arrêté anti-burkini pour contrer "l'islamisation rampante qui progresse dans notre pays".

Julie Breon