BFMTV

Berkane Maklouf, le beau-père de Fiona, un homme violent

Berkane Maklouf, au centre, avec des journalistes, le 14 mai dernier à Clermont-Ferrand.

Berkane Maklouf, au centre, avec des journalistes, le 14 mai dernier à Clermont-Ferrand. - -

Le beau-père de la petite Fiona, que sa compagne a accusé d'avoir frappé à mort la fillette, est décrit comme un "gars de la rue", souffrant d'une grave addiction aux drogues dures, notamment l'héroïne. Portrait.

Mise à jour. Berkane Maklouf a été mis en examen, le 26 septembre au soir. Il assure que c'était un accident et a accepté de participer aux fouilles, vendredi après-midi, pour prouver son innocence. Samedi, les recherches étaient au point mort.

De Berkane Maklouf, on possède une image. Celle d'un homme mince, manifestant son agacement avec force gesticulations, écharpe autour du cou et capuche sur la tête. La scène se passe au pied de son immeuble, à Clermont-Ferrand, le 14 mai dernier. Soit deux jours après la disparition de Fiona, la fille de sa compagne.

"Mais laissez-nous nous reconstruire! Laissez-nous nous remettre d'aplomb! On a fait 48 heures d'audition. Nous aussi on veut retrouve notre gamine, on ne sait pas où elle est! Vous croyez quoi?"

La scène est filmée par le quotidien régional La Montagne. A cette époque, les journalistes à qui il s'adresse ne croient rien du tout, sinon que la fillette a disparu. C'était quatre mois et demi avant les aveux de la mère et du beau-père de Fiona.

Mercredi, sa compagne Cécile Bourgeon a avoué, la première, en garde à vue: Fiona, 5 ans, n'a pas disparu le 12 mai dans le parc de Montjuzet, à Clermont, comme elle l'a affirmé. Elle est morte et a été enterrée. La mère accuse son compagnon d'avoir frappé Fiona.

Peu de temps après, Berkane Maklouf a reconnu à son tour avoir "monté un scénario" avec sa compagne après la mort de la petite fille - tout en niant être l'auteur des coups mortels.

"Il cherchait de l'héroïne"

Cet homme émacié aux cheveux noirs bouclés, petit bouc et fine moustache, a été décrit comme un "toxicomane notoire" par des jeunes du quartier populaire où le couple s'est installé à Perpignan. C'était peu de temps après la disparition de Fiona.

Cécile Bourgeon était alors enceinte d'un troisième enfant - le premier de Berkane Maklouf. Du futur papa de 31 ans, les jeunes gens du quartier retiennent un homme "qui cherchait de l'héroïne et demandait où on pouvait en trouver".

Le couple vivait jusque là en appartement dans le centre de Clermont. Mais selon un proche de Berkane Maklouf, joint par BFMTV, l'homme s'était "fait chasser du quartier". Il dépeint "un gars de la rue", qui "avait essayé toutes les drogues possibles" mais, sans emploi, "ne faisait rien pour s'en sortir".

"Il faisait barrage"

Les enquêteurs ont mis au jour que Berkane Maklouf possédait en outre un petit studio à Clermont-Ferrand, lieu de stockage et de revente de drogue, indique Metronews. Les trois personnes placées en garde à vue mardi à Clermont dans le cadre de l'enquête étaient des toxicomanes que le jeune homme croisait là, selon RTL.fr.

La veille des aveux du couple, le père biologique de Fiona ne cachait pas ses inquiétudes à l'égard du compagnon de son ex. Il dépeignait un homme possessif: "Depuis un an, je n'ai jamais reparlé à mon ex compagne. La seule personne que j'ai eue au téléphone, c'est lui."

Nicolas Chafoulais est le père des deux premiers enfants de Cécile Bourgeon: Fiona et sa petite soeur Eva, 3 ans. Toutes les deux vivaient avec leur mère et Berkane Maklouf. Le jeune homme de 28 ans précise que Berkane Maklouf "faisait barrage" à ce qu'il voie ses filles.

"Il guettait à la fenêtre"

Une amie de Cécile Bourgeon indique de la même manière que le couple "s'était pas mal coupé du monde". Elle pointe en partie le comportement de Berkane Maklouf, qui avait selon elle "des tendances paranoïaques". "Il avait peur que quelqu'un vienne le tuer, il ne dormait pas la nuit, et la journée il guettait à la fenêtre", relate-t-elle.

Berkane Maklouf, tout comme Cécile Bourgeon, a été transféré ce jeudi de Perpignan à Clermont-Ferrand où se déroulent les fouilles pour retrouver le corps de Fiona. Il doit être présenté à un juge d'instruction en fin de journée, à l'issue de sa garde à vue.

Mathilde Tournier