BFMTV

Auditions, analyses des documents... la justice veut aller vite dans l'affaire Penelope Fillon

Michel Crépu, l'ancien directeur de la Revue des Deux Mondes, et la journaliste Christine Kelly, biographe de François Fillon, ont été auditionnés ce vendredi par les enquêteurs de l'Office central de lutte contre les infractions financières et fiscales.

L'enquête dans l'affaire Fillon se fait en version accélérée. Après les révélations du Canard Enchaîné dévoilées mardi soir, l'ouverture d'une enquête préliminaire par le parquet national financier mercredi, une défense hasardeuse de François Fillon sur le plateau de TF1 jeudi, des auditions ont été menées ce vendredi par les enquêteurs de l'Office central de lutte contre les infractions financières et fiscales.

Vendredi matin, Michel Crépu, l'ancien directeur de la Revue des Deux Mondes, revue pour laquelle Penelope Fillon aurait travaillé, a été auditionné pendant 4h30. S'il n'a fait aucune déclaration avant ou après son passage dans le bureau des enquêteurs, il n'a pas caché son étonnement quand à cette collaboration présumée. Assurant n'avoir jamais croisé la femme de l'ex-Premier ministre dans les locaux de la revue, il a seulement reconnu que Penelope Fillon avait signé "deux ou trois notes de lectures". Selon l'hebdomadaire satirique, en 20 mois, elle aurait été rémunérée 100.000 euros.

Une dizaine d'enquêteurs sur le dossier

En début d'après-midi, Christine Kelly l'a succédé dans le bureau des enquêteurs. Comme Michel Crépu, la journaliste n'a pas souhaité s'exprimer. Dans le Canard Enchaîné, puis dans ses interventions médiatiques successives, la biographe de François Fillon a expliqué n'avoir jamais entendu dire que Penelope Fillon travaillait. "Personne ne m'a jamais parlé de ça, a-t-elle détaillé dans l'hebdomadaire satirique. Ce n’est pas non plus ce qui est ressorti d’un entretien que j’ai eu avec elle et de plusieurs autres avec François Fillon."

Ouverte depuis seulement deux jours, l'enquête devrait conduire aux auditions de François Fillon et de son épouse dans les jours ou semaines qui viennent. Selon nos informations, une dizaine d'enquêteurs de l'Office central contre les infractions financières et fiscales sont à pied d'oeuvre, notamment pour analyser les documents remis à la justice jeudi par l'avocat du candidat à la présidentielle. Ils vont également tenter de retrouver des traces attestant du caractère réel de l'emploi de Penelope Fillon à l'Assemblée nationale et à la Révue des Deux Mondes.

"Ils vont scruter la correspondance de Penelope Fillon et notamment les mails qui sont une photographie assez précise de l’activité professionnelle de quelqu’un", détaille Sarah-Lou Cohen, la chef du service Police-Justice de BFMTV, citant une source proche de l'enquête.

Une justice rapide

Le parquet national financier est habitué à travailler vite. Dans le scandale dit des Panama Papers, il avait ouvert une enquête dès la révélation des documents confidentiels. Dans l'enquête sur l'affaire Penelope Fillon, c'est encore le cas avec une justice qui va très vite. "Un ancien enquêteur de la brigade financière m’a dit n’avoir jamais vu une enquête menée avec autant de célérité", poursuit Sarah-Lou Cohen.

Car fait inhabituel, le parquet national financier prend en compte le calendrier politique et l'échéance électorale de mai prochain pour François Fillon, candidat Les Républicains à la présidentielle. Une fois cette enquête close, le parquet aura trois choix possibles: classer le dossier sans suite, confier l'enquête à un juge d'instruction ou poursuivre lui-même François Fillon et le renvoyer devant un tribunal.

Justine Chevalier