BFMTV

Affaires Lambert et Bonnemaison: la semaine de la justice

Nicolas Bonnemaison et sa femme arrivent à la cour d'assises de Pau, le 12 juin 2014.

Nicolas Bonnemaison et sa femme arrivent à la cour d'assises de Pau, le 12 juin 2014. - -

BFMTV.com revient sur l'actualité judiciaire marquante des sept derniers jours. Cette semaine, le débat sur la fin de vie était au coeur de l'actualité. Le Dr Nicolas Bonnemaison a été acquitté et deux décisions de justice contradictoires ont été prises dans l'affaire Vincent Lambert.

Si l'actualité judiciaire cette semaine vous a échappé, BFMTV.com vous propose de vous mettre à la page en un coup d'oeil.

Affaire Pastor. Le gendre de la milliardaire monégasque Hélène Pastor, consul honoraire de Pologne à Monaco, a reconnu son "implication" dans l'assassinat de sa belle-mère, grande figure de la principauté abattue par des tueurs à gages selon un scénario digne d'un polar. Sylvia, la fille de la milliardaire, a été relâchée sans charges retenues contre elle.

GPA. La France a été contrainte par la Cour européenne des droits de l'Homme à reconnaître les enfants nés d'une mère porteuse à l'étranger. Le gouvernement français a soutenu les arrêts de la Cour européenne.

>> Lire aussi: l'avocat d'un des couples requérants estime que la France doit en "tirer les conséquences".

Vincent Lambert. Plusieurs mois seront probablement nécessaires à la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) pour statuer sur la requête des parents de Vincent Lambert, après qu'elle a ordonné mardi soir en urgence le maintien en vie du tétraplégique en état végétatif, contre l'avis du Conseil d'État. L'épouse de Vincent Lambert se dit abasourdie:

Le docteur Bonnemaison acquitté. L'urgentiste Nicolas Bonnemaison, poursuivi pour avoir abrégé la vie de sept malades âgés en fin de vie, a été acquitté mercredi par la Cour d'assises des Pyrénées-Atlantiques à l'issue d'un procès poignant, qui pourrait à terme encourager une modification de la loi, afin de mieux accompagner la fin de vie.

Des PV mal rédigés. Le Tribunal de police d'Agen, dans le Lot-et-Garonne, a relaxé jeudi deux conducteurs, flashés à 244 km/h lors d'une course-poursuite, la juridiction retenant la nullité des procès-verbaux plaidée par la défense.

Aurélie Delmas