BFMTV

Affaire Théo: le maire d'Aulnay lance un nouvel appel au calme après le pré-rapport de l'IGPN

Selon les premières conclusions de l'Inspection générale de la police nationale, la blessure grave de Théo, survenue lors de son interpellation par des policiers la semaine dernière à Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, est d'origine accidentelle. Ce jeudi, le maire de la ville s'est exprimé devant les médias pour apaiser ses administrés.

Bruno Beschizza, le maire d'Aulnay-sous-Bois, a pris la parole ce jeudi après-midi afin d'empêcher les esprits de s'échauffer à nouveau dans les rues de sa ville. Après plusieurs journées de violences à Aulnay, consécutives à l'interpellation violente de Théo, un jeune grièvement blessé par des policiers, les premières conclusions de l'IGPN, la police des polices, s'orientent vers la thèse accidentelle.

L'élu a donc souhaité lancer un nouvel appel au calme, après celui prononcé par la victime elle-même depuis son lit d'hôpital plus tôt cette semaine.

"J’en appelle encore, de nouveau et toujours, au calme et à la décence. C’est une question de respect pour la victime, Théo, pour sa famille, pour la douleur et l’émotion des Aulnaysiens. Il faut en finir avec ce climat de tension dans la ville", a solennellement déclaré le maire qui, précédemment, avait observé: "L'appel lancé pour Théo a été entendu mais les tensions restent palpables."

La famille de la victime veut se mettre en retrait des médias

Bruno Beschizza a poursuivit: "La famille de Théo a clamé et haut fort sa confiance en la justice. Elle a appelé au calme et remercie tous les soutiens qui se sont exprimés. Elle m'a fait part, en fin de matinée, de sa volonté de se reconstruire pleinement, loin des caméras et des micros. Elle ne souhaite plus s’exprimer sur l’enquête que par la voix de son avocat. Je vous demande donc de respecter cette décision."

Il a rappelé que la justice était désormais saisie et qu'il fallait s'en remettre à elle:

"Maintenant, la justice est saisie. Un juge d’instruction a été désigné. Une instruction, avec ses étapes, est en cours. J’en appelle donc à la responsabilité de chacun: les différents acteurs de terrain bien sûr, mais aussi les chaînes d’informations, les chaînes de télévision, les éditorialistes et les personnalités politiques. Chacun doit rester dans son rôle."

Mercredi soir, l'autorité judiciaire s'est d'ailleurs prononcée sur le cas de six jeunes arrêtés à Aulnay-sous-Bois lors de heurts avec les forces de l'ordre. Deux d'entre eux ont été condamnés à six mois de prison ferme et trois autres à six mois avec sursis. Un dernier prévenu a été relaxé. 

R.V.