BFMTV

Affaire Tapie: l'arbitrage ordonné par l'Elysée?

L'arbitrage en faveur de Bernart Tapie a-t-il été ordonné par l'Elysée? Les versions se contredisent.

L'arbitrage en faveur de Bernart Tapie a-t-il été ordonné par l'Elysée? Les versions se contredisent. - -

L'Elysée a-t-elle commandé l'arbitrage qui a été favorable à Bernard Tapie en 2008? Stéphane Richard affirme que non mardi. Mais "Le Canard enchaîné" rapporte d'autres propos dans son édition à paraître mercredi.

Quel rôle a joué l'Elysée dans l'arbitrage qui fut favorable à Bernard Tapie dans l'affaire qui l'opposait au Crédit Lyonnais, en 2008? Les versions divergent, à commencer par celle de Stéphane Richard, le directeur de cabinet de Christine Lagarde, alors ministre de l'Economie.

Le Canard enchaîné rapporte dans son édition à paraître mercredi 5 juin les propos de Stéphane Richard, affirmant que la décision de l'abritrage venait effectivement de l'Elysée. "En juillet 2007, Jean-François Rocchi, président du Consortium de réalisation (CDR) chargé de liquider le passif du Crédit lyonnais, et moi avons été convoqués par Claude Guéant, secrétaire général de l'Elysée. Il nous a donné pour instruction de recourir à un arbitrage. Le choix de l'exécutif était parfaitement clair", explique Stéphane Richard dans l'hebdomadaire.

Il explique également au Canard son intention d'informer la justice de cette instruction, lors de sa convocation le 10 juin prochain.

"A l'époque, tout le monde était pour l'arbitrage"

Pourtant, mardi, l'intéressé donne une tout autre version. "Il n'y a pas eu d'ordre donné par l'Elysée" à propos d'un arbitrage sur lequel "tout le monde était d'accord à l'époque. C'était pour faire un arbitrage, pas un arbitrage frauduleux", a-t-il affirmé. Stéphane Richard affirme que c'est lors de la réunion "à l'été 2007, avec Claude Guéant [alors secrétaire général de l'Elysée] et Jean-François Rocchi", , qu'"il a été confirmé que l'arbitrage était la meilleure solution".

Lors de cette réunion, "il est apparu clairement que la solution de l'arbitrage était validée par le président de la République qui n'en a jamais fait mystère", a-t-il dit. Et "j'étais dans mon rôle de vérifier que ce soit validé".

Selon Stéphane Richard, c'est Jean-François Rocchi qui a proposé un arbitrage, "relayant les propositions des liquidateurs" du groupe Tapie. "La décision a été celle de Christine Lagarde, validée simultanément par l'Elysée", a-t-il martelé. "A l'époque, il n'y a pas eu d'affrontement, tout le monde était pour" un arbitrage. "Nous n'avons jamais été dans la position d'être obligés de le faire", a-t-il dit.

Ces informations interviennent alors que Christine Lagarde a été placée sous le statut de témoin assisté dans l'affaire de l'arbitrage Tapie.


A LIRE AUSSI:

>> INFOGRAPHIE: l'affaire Tapie, une saga de 20 ans

>> INFOGRAPHIE - Affaire Tapie-Lagarde: qui sont les principaux acteurs?

>> Affaire Tapie-Crédit Lyonnais: qui est soupçonné de quoi?

A. K. avec AFP