BFMTV

Affaire Tapie: Christine Lagarde prend ses distances

Christine Lagarde n'est pas encore tirée d'affaire dans le dossier Tapie.

Christine Lagarde n'est pas encore tirée d'affaire dans le dossier Tapie. - -

De nouvelles révélations sur Christine Lagarde montrent qu'elle tient désormais à prendre ses distances avec l'arbitrage Tapie. Explications.

Placée sous le statut de témoin assisté dans l'affaire Tapie, la directrice du Fonds monétaire international Christine Lagarde a quelque peu fait évoluer sa ligne de défense, alors que les enquêteurs ont acquis la certitude que l'arbitrage a été faussé, selon Le Monde.

Christine Lagarde tient désormais à se tenir à bonne distance du tandem Lantourne-Estoup, l'arbitre à l'origine de la décision judiciaire, mis en examen, et l'avocat de Bernard Tapie, qui lui a permis de gagner le procès.

Ainsi, rapporte Le Monde, "l'ex-patronne de Bercy, Christine Lagarde aurait affirmé à la Cour de Justice de la République, le 23 mai: "Au moment où j'ai pris mes décisions dans l'affaire Tapie, j'ai déjà indiqué que je n'avais aucune raison de douter de l'impartialité de M. Estoup. Aujourd'hui, avec le recul et au vu des éléments que vous me communiquez, il est évident que mon sentiment est différent..."

Prête à protéger Nicolas Sarkozy à tout prix?

Un nouvel élément découvert par les enquêteurs livre également un éclairage intéressant sur Christine Lagarde. Le 20 mars dernier, lors d'une perquisition à son domicile, les enquêteurs sont tombés sur une lettre manuscrite signée de Christine Lagarde, non datée, et destinée à Nicolas Sarkozy.

Dans ce courrier, véritable serment d'allégeance révélé lundi par Le Monde, l'ex-ministre demande pardon pour avoir "pu échouer périodiquement", et assure à Nicolas Sarkozy qu'elle n'a "pas d'ambitions personnelles". "Utilise-moi pendant le temps qui te convient et convient à ton action et à ton casting", écrit-elle.

>> Lire la lettre dans son intégralité

Or, certaines voix, notamment dans l'opposition politique, lui reprochent de protéger Nicolas Sarkozy dans l'affaire Tapie depuis le début de l'enquête. L'ancien chef de l'Etat a-t-il donné des instructions pour que soit réglé le litige entre l'homme d'affaires et la banque Crédit Lyonnais? Christine Lagarde l'a toujours nié. "Je n'agissais pas sur instruction mais sur la base de mon appréciation", affirme-t-elle...


A LIRE AUSSI:

>> Affaire Tapie-Lyonnais: Sarkozy a fait pression pour une médiation dès 2004

>> Affaire Tapie: l'arbitrage ordonné par l'Elysée?

>> La CJR, ce tribunal où des parlementaires jugent des ministres

dossier :

Affaire Tapie

Alexandra Gonzalez