BFMTV

Affaire Maëlys: l'avocat du suspect s'exprimera sur BFMTV ce lundi soir

Alain Jakubowicz‏, l'avocat de Nordhal Lelandais, mis en examen pour l'enlèvement et le meurtre de Maëlys, le 30 novembre 2017 à Grenoble

Alain Jakubowicz‏, l'avocat de Nordhal Lelandais, mis en examen pour l'enlèvement et le meurtre de Maëlys, le 30 novembre 2017 à Grenoble - Jean-Pierre Clatot-AFP

Alain Jakubowicz‏, l'avocat de Nordhal Lelandais, suspecté d'avoir enlevé et tué la petite Maëlys, va s'exprimer pour la première fois, et en direct, ce lundi soir sur BFMTV.

Il n'avait pas encore parlé. Alain Jakubowicz‏, l'avocat de Nordhal Lelandais, mis en examen pour l'enlèvement et le meurtre de la petite Maëlys, va sortir de son silence. Ce ténor du barreau de Lyon est ce lundi soir l'invité de Ruth Elkrief sur BFMTV à partir de 19h30.

"Le réquisitoire télévisuel du procureur"

Il a assuré sur Twitter que ce sont les propos de Jean-Yves Coquillat, le procureur de la République de Grenoble, qui l'ont poussé à s'exprimer. "Le réquisitoire télévisuel du procureur de Grenoble me contraint à sortir de la réserve à laquelle je me suis astreint dans le terrible dossier de la petite Maëlys."

Jeudi dernier, Jean-Yves Coquillat a donné une conférence de presse durant laquelle il a rappelé les faits, évoqué les derniers développements judiciaires - notamment l'effacement de retranscriptions de quatre auditions - et déroulé la chronologie de la soirée du 26 au 27 août. Cette nuit-là, Maëlys, 9 ans, a disparu au cours d'une fête de mariage à Pont-de-Beauvoisin, en Isère.

Une "silhouette frêle, dans une robe blanche"

Rappelant les trois allers-retours du mis en examen durant cette nuit, Jean-Yves Coquillat a déclaré: "La disparition de Maëlys a été fixée à 2h45, grâce à des témoignages évoquant les chansons diffusées durant la fête, celui du disc-jockey."

"Cette disparition à 2h45 est contestée par le suspect qui dit qu'elle a disparu plus tard", a ajouté le procureur de la République. 

L'examen du téléphone portable du suspect a permis de dégager un seconde chronologie. À 2h46 et douze secondes, ce 27 août, le suspect mettait son portable en mode avion. À 2h47, une caméra de vidéosurveillance de Pont-de-Beauvoisin filmait le véhicule du suspect, identifié en raison du modèle et de la présence d'autocollants. À l'avant, on voit une "silhouette frêle, dans une robe blanche", selon les mots du magistrat, confirmant les informations de BFMTV.

Nordhal Lelandais nie

À 3h24 et 29 secondes, la même caméra capte la même voiture en sens inverse: la silhouette blanche n'est plus à bord. À 3h25 et 58 secondes, le suspect désactive le mode avion. Une seconde après, son téléphone portable borne du côté de la salle des fêtes. À 3h57, le véhicule du suspect est à nouveau filmé, sur le trajet de son domicile. Le suspect bascule encore son téléphone en mode avion. 

Nordhal Lelandais nie l'ensemble des faits reprochés. Il a assuré qu'il ne s'agissait "pas de sa voiture" et qu'il "n'était pas là", a relayé le procureur de la République.

Céline Hussonnois-Alaya et Robin Verner