BFMTV

Affaire Grégory: ce que dit l'expertise psychologique de Muriel Bolle

Alors que ses avocats vont tenter de faire annuler sa mise en examen faute de charges, BFMTV a pu consulter l'expertise psychologique subie par Murielle Bolle mi-juillet. Elle est toujours soupçonnée d'avoir joué un rôle crucial dans l'enlèvement, et peut-être la mort de Grégory Villemin, il y a 33 ans.

Que se passe-t-il dans la tête de Murielle Bolle? Cette femme âgée de 48 ans avait accusé en 1984 son beau-frère Bernard Laroche du rapt du petit Grégory Villemin, avant de se rétracter. Mise en examen, elle n'est plus en détention et a été assignée à résidence au milieu de l'été. Alors que ses avocats s'apprêtent à déposer une requête en nullité de sa mise en examen faute de charges, elle a subi une expertise psychologique mi-juillet, dont BFMTV a pu consulter les conclusions. 

"Tendance à l’entêtement", "volonté de ne rien dire": le rapport de la psychologue qui a entendu Murielle Bolle est construit de manière à accréditer la thèse soutenue par l’accusation. Mais c’est surtout un dessin qui va inspirer l’experte, celui d’un arbre:

"Nous remarquons la présence d’une zone oblongue sur la surface du tronc, pouvant attester […] d’un événement majeur, traumatique, qui serait survenu dans la vie de l’intéressée entre 13,4 et 16,2 ans."

Une conclusion "trop facile" pour son avocat

Murielle Bolle avait justement 15 ans lors de la mort du petit Grégory. Son avocat dénonce une conclusion trop facile. Il reproche le manque de recul de la psychologue dans cette expertise. "Cette façon de se saisir de n'importe quel élément pour le retourner systématiquement à charge est insupportable", s'indigne Jean-Paul Teissonière.

"Cette expertise ne fera pas bouger les choses", estime de son côté Dominique Rizet, consultant police-justice de BFMTV. "Lorsqu'elle commet un expert, la juge doit lui poser des questions. Or dans ce cas, elle demande à l'experte: 'quels sont les éléments qui ont conduit Murielle Bolle au passage à l'acte?'. C'est donc une question à charge".

En se basant entre autres sur cette expertise psychiatrique, les magistrats doivent se prononcer dans les prochains jours sur une éventuelle annulation de la mise en examen de Murielle Bolle. Mais selon Dominique Rizet, son avocat risque de ne pas se contenter des résultats de l'expertise: "Soit il va demander son annulation parce qu'elle manque d'objectivité, soit il demandera une contre-expertise". 

A. K.