BFMTV

Salut les terriens!: Karl Lagerfeld jette un froid avec une sortie sur les migrants

Karl Lagerfeld sur le plateau de "Salut les terriens!", samedi 11 novembre

Karl Lagerfeld sur le plateau de "Salut les terriens!", samedi 11 novembre - Capture d'écran - C8

Le créateur allemand a provoqué un moment de gêne sur le plateau de l'émission de C8 lorsqu'il s'est exprimé sur la politique migratoire d'Angela Merkel.

Thierry Ardisson n'aura réussi qu'à répondre une série de "Ouais" gênés. Le malaise était palpable, ce samedi, sur le plateau de Salut les terriens!, face à une analyse de Karl Lagerfeld. Le créateur de mode allemand a fait un parallèle entre l'accueil de migrants dans son pays d'origine et l'Holocauste pendant la Seconde guerre mondiale.

Le directeur artistique de Chanel était interrogé par le présentateur au sujet d'un dessin qu'il a publié dans un journal allemand, sur lequel Hitler remercie Angela Merkel "d'avoir par inadvertance permis à (ses) descendants d'être représentés au Parlement." Une référence à la percée de l'extrême-droite allemande lors des élections législatives de septembre.

"Je vais dire une horreur"

"Après les élections, j'ai failli avoir une attaque de rage", explique d'abord Karl Lagerfeld à Thierry Ardisson. Faisant le lien entre l'accueil massifs de réfugiés décidé par Angela Merkel et la montée du vote d'extrême-droite, il a estimé que la chancelière avait fait une erreur: "Elle n'avait pas besoin de se taper un million en plus pour se donner une image charmante après l'image de marâtre qu'elle s'était donnée dans l'histoire de la crise grecque", a-t-il estimé.

Relancé par le présentateur, Karl Lagerfeld a prévenu: "Mais là, je vais dire une horreur". Avant d'enchaîner: "On ne peut pas tuer des millions de juifs pour faire venir des millions de leurs pires ennemis après."

Et d'illustrer son raisonnement avec une anecdote, dans laquelle il a affirmé que l'une de ses connaissances a renvoyé un réfugié syrien de chez elle après que ce dernier lui aurait dit "Finalement, la meilleure invention de l'Allemagne, c'est l'Holocauste". Un récit accueilli par un silence assourdissant, aussi bien du côté du public que du plateau. Après quelques secondes d'un mutisme que même Laurent Baffie a refusé de rompre malgré les injonctions de Thierry Ardisson, ce dernier a envoyé la musique, puis la pub. La séquence est à découvrir à partir de 42 minutes.

B.P.