BFMTV

Oliver Stone, à propos d'Emmanuel Macron: "Il ne sait pas ce qui l'attend"

Oliver Stone au Comic Con de San Diego le 21 juillet 2016

Oliver Stone au Comic Con de San Diego le 21 juillet 2016 - Kevin Winter - AFP

En pleine promotion de son documentaire sur Vladimir Poutine, diffusé ce lundi soir sur France 3, Oliver Stone a évoqué le président français.

Des "conversations" polémiques. Ce lundi à partir de 21 heures, France 3 entame la diffusion de Conversations avec Monsieur Poutine, série documentaire du cinéaste américain Oliver Stone mettant en scène le président russe. De 2015 à 2017, le réalisateur aux quatre Oscars s'est entretenu avec Vladimir Poutine. Ces interviews ont donné naissance à un long film en quatre épisodes. 

Invité sur Europe 1 ce lundi, pour présenter son documentaire, Oliver Stone a brièvement évoqué le président français, qui a reçu Vladimir Poutine le 29 mai dernier au château de Versailles. Interrogé sur l'éventualité de réaliser un documentaire sur Emmanuel Macron, le cinéaste s'est surtout montré enthousiaste face au rapprochement opéré avec la Russie et a livré son avis sur l'influence de l'Amérique sur l'Europe:

"Je me réjouis de voir qu'il a accueilli le président russe, de voir qu'il a lancé un dialogue parce qu'il va se trouver en butte à de fortes pressions", a-t-il expliqué, avant d'ajouter: "Il ne sait pas ce qui l'attend. Les Etats-Unis continuent d'être le 'big boss' en Europe, et au moment critique, on verra ce que fera monsieur Macron" 

Une analyse proche de la réthorique poutinienne, comme le souligne Fabien Namias sur Europe 1. "Ok, très bien, répond le cinéaste. Mais peut-être qu'il a raison".

Un documentaire controversé

Déjà diffusées en Russie et aux États-Unis sur la chaîne Showtime, ces Conversations avec Monsieur Poutine ont provoqué une polémique outre-Atlantique auprès de la critique et du public. Outre certaines observations grossières du chef d'État russe, concernant notamment les femmes et les homosexuels, le réalisateur a fait l'objet d'accusations d'une trop grande complaisance envers son interlocuteur.

Sur Europe 1, Oliver Stone semble vouloir revenir sur ces réactions, justifiant son parti pris lors de ces entretiens:

"Dans les cas où on parle au dirigeant établi d'un Etat, quelqu'un qui est au pouvoir depuis 16 ans et qui a beaucoup d'expérience (...), je crois qu'il faut rester courtois, il faut se respecter. À moins qu'il y ait un écart par rapport à la vérité qui soit spectaculaire, je ne veux pas l'interrompre."

Benjamin Pierret