BFMTV

Le patron du CSA croit aux "vertus pédagogiques" des sanctions contre Hanouna

Cyril Hanouna

Cyril Hanouna - JOEL SAGET / AFP

Le président du CSA a défendu les vertus de sanctions contre l'émission phare de C8 devant la commission des affaires culturelles de l'Assemblée nationale.

L'arrivée de Rachid Arhab, ancien membre du CSA, dans l'émission Touche pas à mon poste évitera-t-elle à Cyril Hanouna de nouveaux déboires? Toujours est-il que le président du Conseil supérieur de l'audiovisuel Olivier Schrameck a estimé mardi que les sanctions prises à l'encontre de l'émission de Cyril Hanouna sur C8 avaient des "vertus pédagogiques" pour les chaînes de télévision.

"Nous attachons une grande importance à des émissions populaires de ce type", a déclaré Olivier Schrameck, lors d'une audition devant la commission des affaires culturelles de l'Assemblée nationale, en se demandant quel impact elles avaient sur "des jeunes dans une cour d'école lorsqu'ils voient mépriser ou avilir la femme, vilipender certaines orientations sexuelles".

Répondant à la députée du Cher Nadia Essayan (MoDem) à propos du dossier "Touche pas à mon poste" ("TPMP"), le président du CSA a estimé que "la résonance que notre intervention a pu avoir nécessairement un certain nombre de vertus pédagogiques" sur les opérateurs de télévision.

Nouvelles sanctions possibles dès mercredi

Début juin, le CSA a privé de publicité pour trois semaines en tout "TPMP", une double sanction inédite décidée après deux séquences diffusées en novembre et décembre 2016, épinglées respectivement pour atteinte au respect de la personne humaine et pour sexisme. Le groupe Canal+, maison mère de C8, qui a contesté cette décision en justice, réclame 13 millions d'euros de dédommagement au CSA.

Le CSA délibérera mercredi quant à une possible troisième sanction contre "TPMP", suite à une autre séquence (un canular jugé homophobe) diffusée en mai, qui avait déclenché un torrent de plaintes, et devrait annoncer sa décision jeudi. Dans ce dernier cas, le magistrat chargé par le CSA d'instruire le dossier a préconisé la suspension pendant une semaine à la rentrée de "TPMP" ou de "toute autre émission analogue".

L.N. avec AFP