BFMTV

Affaire Hanouna: Vincent Bolloré réclame 13 millions d'euros au CSA

L'animateur vedette de C8, Cyril Hanouna.

L'animateur vedette de C8, Cyril Hanouna. - Joël Saget - AFP

Le CSA a reçu deux courriers de la part du directeur de C8 Frank Appietto, qui réclame plusieurs millions d'euros afin de palier le préjudice que le groupe Canal+ estime avoir subi après les sanctions du régulateur.

Vincent Bolloré réclame 13 millions d'euros au CSA, après la sanction publicitaire du régulateur à l'encontre de l'émission de C8 Touche Pas à mon poste!, a indiqué mardi le CSA confirmant une information du Canard enchaîné

Le CSA a reçu la semaine dernière deux courriers contestant les deux sanctions prononcées contre l'émission de Cyril Hanouna. Dans la première, le directeur de C8 Frank Appietto s'indigne de la sanction faisant suite à un extrait du 6 novembre dernier, qu'il juge "extrêmement grave", et réclame 4 millions d'euros. Dans la seconde, une copie "quasi-conforme" de la première, le patron de la chaîne conteste une autre sanction visant une séquence du 7 décembre, et demande alors 9 millions d'euros, détaillent une porte-parole et Le Canard enchaîné.

Une sanction inédite, "discriminatoire" selon C8

Le CSA dispose de deux mois pour accéder à cette demande. Au terme de cette période, des recours indemnitaires seront déposés auprès du Conseil d'Etat. Parallèlement, le groupe Canal+ a déposé "deux appels devant le Conseil d'Etat" pour faire annuler les sanctions, a indiqué une porte-parole de Canal+.

Le 7 juin, le Conseil supérieur de l'audiovisuel avait privé de publicité pour trois semaines l'émission phare de C8, une sanction inédite après plusieurs rappels à l'ordre. Deux séquences diffusées en novembre et décembre 2016 qui avaient suscité de nombreuses plaintes de téléspectateurs ont été sanctionné, l'une pour atteinte au respect de la personne humaine et l'autre pour sexisme.

La chaîne avait dénoncé au lendemain de ces sanctions le "caractère disproportionné et discriminatoire" de cette décision, preuve d'un "acharnement" qui la "fragilis(ait)" financièrement. Les 13 millions d'euros réclamés correspondent au préjudice que le groupe Canal+ estime avoir subi. Une source proche du dossier avait évalué en juin le manque à gagner publicitaire de la sanction entre 2 et 2,5 millions d'euros. 

Une procédure actuellement en cours

Avant que ne tombe cette sanction, plusieurs annonceurs avaient boycotté C8 après la diffusion d'un canular de Cyril Hanouna jugé homophobe le 23 mai, séquence qui avait déclenché une avalanche de réactions et pour laquelle l'animateur habitué aux polémiques s'était excusé. 

Pour cette séquence, une procédure est actuellement en cours au CSA, où une audition des dirigeants de C8 est prévu mercredi 19 juillet dans le cadre de cette affaire pour une décision attendue le 26 juillet.

Fin juin, Cyril Hanouna avait annoncé que son émission allait "prendre un virage" à la rentrée et se tourner vers un format plus proche du Grand Journal de Canal+, avec de nouveaux chroniqueurs.

Nawal Bonnefoy avec AFP