BFMTV

TPMP: Énora Malagré règle ses comptes avec Cyril Hanouna

L'ancienne chroniqueuse de Cyril Hanouna revient sur son départ de l'émission

L'ancienne chroniqueuse de Cyril Hanouna revient sur son départ de l'émission - Thomas Samson - AFP

Dans un entretien à TéléObs, l'ex-fidèle chroniqueuse de Cyril Hanouna revient sur son départ-surprise, et n'hésite pas à remettre en question certains comportements de son ancien patron.

C'était un petit séisme télévisuel. Le 29 mai, Énora Malagré annonçait sur Twitter son départ de Touche pas à mon poste!. Figure historique de l'émission de C8, présente aux côtés de Cyril Hanouna depuis les premières diffusions en 2010, l'animatrice de 36 ans a surpris les "fanzouzes" en quittant le navire en pleine tempête médiatique, alors que la polémique due au sketch qualifié d'homophobe battait son plein. 

Trois semaines après avoir tiré sa révérence, l'animatrice revient avec plus de détails sur ce départ inopiné. Dans un entretien publié ce mercredi par TéléObs, Énora Malagré s'étend sur les multiples raisons qui l'ont poussée à se retirer. Si elle assure avoir passé sept années dans "une bulle de kiff", elle l'admet: "L'ambiance a changé." Celle qui n'a jamais manqué de défendre Cyril Hanouna face aux multiples retours de bâton dont il a fait l'objet affiche désormais un front moins uni avec celui qui n'est plus son patron: 

"Cyril faisait bien sentir, parfois avec une pointe de mépris, qu’il était le producteur et nous de simples employés", se souvient-elle. "‘Quand tu produiras, on te demandera ton avis’, des trucs de ce genre. Ce n’est pas méchant, ce n’est pas pour blesser mais ça fait mal."

Énora Malagré affirme même que les derniers temps, elle se rendait sur le plateau "la boule au ventre", agacée de certaines manies de Cyril Hanouna: "Il me coupait tout le temps la parole, souvent d'un simple geste." De quoi confirmer la teneur de l'enquête de Society, publiée en 2016, qui présentait l'animateur en patron tyrannique? Quand même pas: "Ce n'est pas le goulag". 

Trois petits dérapages et puis s'en va

Si les techniques de management de Cyril Hanouna ont eu raison de son entrain, Énora Malagré avoue également que les nombreuses controverses qu'a connues l'émission ne l'ont pas laissée indifférente: "Quand tu rencontres des mères de famille que te disent: ‘Vous vous rendez pas compte, vous reproduisez à la télé les humiliations de la cour de récré’, c’est qu’il y a un problème…", estime-t-elle. 

Cependant, si elle semble admettre le caractère déplacé de certaines séquences, elle l'attribue à un manque de recul: "Pendant l’émission, on est tous dans une bulle, on fait des blagues à un dîner de famille sauf qu’on est filmé. Par moments, pour certains dérapages, on n'a pas réalisé." Et de laisser entrevoir la censure occasionnelle dont les chroniqueurs auraient fait l'objet, lorsqu'elle raconte avoir tenté d'exprimer sa désapprobation du canular jugé homophobe:

"J’ai été absente les jours d’après et (...) à mon retour, quand j’ai annoncé la couleur, on m’a décommandé une heure avant. Puis je n’ai plus été réinvitée les fois suivantes."

Sale temps pour C8

Ces révélations aux allures de règlement de compte viennent s'ajouter à la liste conséquente des difficultés que rencontre Touche pas à mon poste!. Le programme-phare de la chaîne de la TNT a connu des jours meilleurs: après avoir vu plusieurs annonceurs déserter sa tranche horaire à la suite du canular jugé homophobe, l'émission doit composer avec l'absence totale de publicité durant trois semaines, sanction du CSA concernant deux autres séquences polémiques remontant à 2016.

L'animateur fait également face à une hécatombe du côté de ses chroniqueurs. Après Énora Malagré et Thierry Moreau, qui a ouvert le bal en mai dernier, c'est Danielle Moreau qui a annoncé sa démission. Matthieu Delormeau quant à lui, reste obstinément absent depuis des semaines. 

Benjamin Pierret