BFMTV

Fusillade de Las Vegas: Jimmy Kimmel, bouleversé, appelle au contrôle des armes à feu

Jimmy Kimmel sur le plateau du "Jimmy Kimmel Live!", lundi 2 octobre

Jimmy Kimmel sur le plateau du "Jimmy Kimmel Live!", lundi 2 octobre - Capture d'écran Youtube - Jimmy Kimmel Live

Après avoir rendu hommage aux victimes de la fusillade survenue dimanche aux États-Unis, le présentateur a dénoncé l’inaction des législateurs américains face au fléau des armes à feu.

La star de la télévision américaine Jimmy Kimmel a livré un discours d’une rare intensité pour un talk-show humoristique. Sur le plateau de son émission Jimmy Kimmel Live!, l’animateur n’a pas cacher son émotion en revenant ce lundi sur la tuerie de Las Vegas, survenue 24 heures plus tôt. Stephen Paddock, un retraité américain sans histoire de 64 ans, a tiré dimanche soir sur les spectateurs d’un concert en plein air depuis une chambre d’hôtel, faisant au moins 59 morts et 527 blessés.

Lui-même originaire de Las Vegas, le présentateur a d’abord rendu hommage aux victimes la voix brisée:

"Bien sûr nous prions pour les victimes et leurs familles et amis et nous nous demandons pourquoi, même s’il n’y probablement aucun moyen de savoir pourquoi un être humain ferait une chose pareille."

Jimmy Kimmel a alors énuméré les nombreuses fusillades qui ont endeuillé les États-Unis ces dernières années, à commencer par la tuerie d’Orlando l’an dernier. Il s’est alors agacé de voir des internautes déplorer qu’il n’y ait "rien à faire". "Je ne suis pas du tout d’accord avec ça", a-t-il réagi, avant de se lancer dans un long monologue contre la vente libre des armes à feu.

"Vos pensées et vos prières ne suffisent pas"

"Quand une personne portant une barbe nous attaque, on met des téléphones sur écoute, on invoque des interdictions de voyager, on construit des murs, on prend toutes les précautions pour nous assurer que cela n’arrivera plus. Mais lorsqu’un Américain achète un pistolet pour tuer d’autres Américains, il n’y a rien qu’on puisse faire. J’imagine que l’argument, c’est le Second Amendement. Je suppose que nos pères fondateurs voulaient avoir des AK-47 », ironise l’animateur.

Jimmy Kimmel dénonce alors l’inaction des dirigeants américains face aux pressions de la National Rifle Association (NRA), le lobby pro-armes à feu aux États-Unis. Après avoir évoqué Donald Trump, qui a signé en février un texte facilitant l’achat d’armes à feu pour les personnes souffrant de sévères maladies mentales, il a dévoilé des photos des sénateurs ayant voté contre des mesures restrictives sur la vente d’armes: "Avec tout le respect que je vous dois, vos pensées et vos prières ne suffisent pas ", leur a-t-il lancé.

Jimmy Kimmel a également évoqué les nombreux autres législateurs qui ont témoigné leur soutien mais qui "ne font rien contre ça car la NRA tient leurs couilles dans un porte-monnaie":

"Ils ont envoyé leurs prières et leurs pensées, ce qui est bien. Ils ont raison de prier pour que Dieu leur pardonne de laisser le lobby des armes à feu diriger ce pays."

Benjamin Pierret