BFMTV

François Roelants, le mari de Marc-Olivier Fogiel, témoigne pour la première fois sur la GPA

François Roelants, le mari de Marc-Olivier Fogiel

François Roelants, le mari de Marc-Olivier Fogiel - Capture d'écran - Canal +

L'époux de l'animateur joint sa voix à celle de son mari pour parler de leurs deux filles, toutes les deux nées grâce à ce procédé illégal en France.

Pour la première fois, l'époux de Marc-Olivier Fogiel prend lui aussi la parole pour défendre la GPA. François Roelants est toujours resté discret malgré la médiatisation du combat de son mari en faveur de la gestation pour autrui. Celui qui a fondé une famille avec l'animateur grâce à cette technique s'est exprimé ce samedi dans un reportage du magazine Bonsoir!, sur Canal +. 

"On avait ce point commun, cet instinct de paternité. Quelque chose d'assez naturel qu'on ne peut pas expliquer (...) je crois que lui et moi on a toujours su qu'un jour ou l'autre on serait pères."

"L'adoption n'était pas possible"

François Roelants et Marc-Olivier Fogiel sont les parents de Mila et Lily, toutes les deux nées aux États-Unis grâce à cette technique illégale en France. Ce procédé s'est imposée aux deux hommes:

"C'était avant le mariage pour tous", raconte-t-il. "L'adoption n'était pas possible pour les couples homosexuels, elle était possible pour les pères célibataires. Il fallait masquer sa vie, se cacher, mentir pour pouvoir y accéder. Cela nous paraissait impossible de devoir passer par ce mensonge auprès des instituions qui gèrent les adoptions, donc très naturellement on s'est tournés vers la GPA.

Un livre pour témoigner

En octobre 2018, Marc-Olivier Fogiel a publié le récit Qu'est-ce qu'elle a ma famille? (Grasset), rendant publique le genèse de sa famille. "Au début, j'ai eu peur de la médiatisation", reconnaît François Roelants. "J'ai eu peur de menaces, ou d'attaques, parce qu'on en a déjà eues par le passé. Après, quand j'ai vu les retours, les très nombreux messages qu'il a reçus, cette crainte a été assez vite effacée par la fierté (...) Je suis très, très fier de lui. Qu'il continue très longtemps."

Des mots qui ont visiblement touché Marc-Olivier Fogiel, présent sur le plateau face à la journaliste Isabelle Ithurburu: "Au moment de la sortie du livre, on avait évoqué l'idée de faire un peu de promotion ensemble", se souvient-il. "Il avait toujours refusé de le faire, donc je suis d'abord surpris de le voir là. Je suis ému. Par lui, mais aussi par le sujet lui-même." Il a également détaillé comment leurs deux filles, au père biologique différent, les appellent, et est revenu sur la polémique au sujet des appellation "parent 1" et "parent 2" sur les formulaires scolaires.

Benjamin Pierret