BFMTV

"Tu seras un homme mon fils": Oxmo Puccino en campagne contre les violences faites aux femmes

La campagne de la Fondation des Femmes veut "sensibiliser à la question de l’éducation des garçons".

La campagne de la Fondation des Femmes veut "sensibiliser à la question de l’éducation des garçons". - Capture d'écran YouTube - Fondation des Femmes

La campagne télévisée lancée par la Fondation des Femmes veut "sensibiliser à la question de l'éducation des garçons dans la lutte contre les inégalités et les violences faites aux femmes".

"Si tu sais soutenir sans vouloir dominer. Si tu sais être fort sans être violent. Si tu es capable de regarder une femme, sans qu'elle n'ait à craindre ton regard, tu seras un homme mon fils". La Fondation des Femmes a lancé une campagne télévisée pour "sensibiliser à la question de l'éducation des garçons dans la lutte contre les inégalités et les violences faites aux femmes".

Un film publicitaire, porté par la voix du rappeur Oxmo Puccino, qui sera diffusé à partir de mercredi 30 mai et tout le mois de juin sur les chaînes de TF1 et du groupe France Télévisions. L'objectif de la campagne est "d'agir pour empêcher la reproduction de violences et inégalités d'une génération à l'autre", explique Maxime Ruszniewski, co-fondateur de la Fondation des Femmes.

"Si tu te bats partout, contre les inégalités et la violence et que tu as le courage de briser les silences. Si tu refuses que l'on humilie ta mère, ta soeur ou tes amies, comme toutes ces femmes que tu croiseras dans ta vie, alors ce jour-là, oui, tu seras vraiment un homme, mon fils", peut-on également entendre dans le message conté par Oxmo Puccino.

Le film de 45 secondes, inspiré du poème de Rudygard Kiplong, Tu seras un homme mon fils (1909), met en scène des hommes et leurs fils dans plusieurs situations, à l'école, au sport ou dans des relations avec des femmes.

"Après les mouvements #MeToo et #BalanceTonPorc, on nous a souvent interrogés sur le rôle des hommes. Nous avons décidé de lancer une campagne pour souligner à quel point la question de l'éducation est fondamentale, pour lutter contre les stéréotypes et dire aux hommes qu'eux aussi sont concernés", ajoute Maxime Ruszniewski.

Et le film de la campagne de conclure: "Le harcèlement et les violences faites aux femmes, ce n'est pas que l'affaire des femmes".

Lucie Valais avec AFP