BFMTV

Racisme, mariage secret, idées suicidaires... Toutes les révélations de Meghan et Harry à la télévision américaine

Dans une interview de 2 heures à Oprah Winfrey, le prince Harry et Meghan Markle se sont livrés à un rare déballage sur leur vie au sein de la famille royale. Voici ce qu'il faut en retenir.

Tout, ils ont tout déballé, ou presque. En prenant soin de ne jamais mettre en cause la reine, mais sans épargner Kate, William et Charles, Meghan et Harry ont révélé lors d'une interview très attendue à Oprah Winfrey, de nombreux détails, parfois peu reluisants, de leur parcours au sein de la famille royale, de leur mariage à leur sortie fracassante.

Face à la grande prêtresse de la télévision américaine, ils n'ont rien tu, évoquant les moments lumineux, comme leur mariage secret, trois jours avant la grande cérémonie, comme les plus sombres. Voici les moments forts de cette interview, diffusée ce dimanche soir aux États-Unis.

• Meghan Markle a pensé au suicide

"Je ne voulais tout simplement plus être en vie. Et c'étaient des pensées constantes, terrifiantes, réelles et très claires", a notamment révélé la duchesse de Sussex, mettant son état psychologique sur le compte de la couverture agressive des médias britanniques.

L'Américaine a dit être allée voir des membres de l'institution royale pour demander de l'aide et évoquer la possibilité d'une prise en charge médicale, "et on m'a dit que je ne pouvais pas, que ce ne serait pas bon pour l'institution", a-t-elle ajouté.

• La couleur de peau d'Archie a suscité des "inquiétudes"

Lors de cet entretien, l'épouse métisse du prince Harry, parfois émue aux larmes, a aussi fait état de conversations au sein de la famille royale sur la couleur de peau de son fils lorsqu'elle en était enceinte.

Harry a été informé "d'inquiétudes et de conversations (...) quant à savoir à quel point sa peau (serait) foncée quand il (naîtrait)", "ce que ça voudrait dire et à quoi cela ressemblerait", a-t-elle expliqué, sans vouloir donner l'identité de la ou des personnes ayant eu cet échange avec son mari parce que "ce serait très dommageable pour elles".

"C'était étrange", a dit Harry au sujet de cette conversation, refusant, lui aussi, de révéler qui en était à l'origine. "J'étais sous le choc."

La duchesse de Sussex a aussi affirmé que le palais de Buckingham avait refusé d'accorder une protection à l'enfant et que des membres de l'institution estimaient qu'Archie ne devrait pas recevoir de titre de noblesse, bien que ce soit la tradition.

• Ils se sont mariés en secret

"Trois jours avant notre mariage, nous nous sommes mariés”, a lâché Meghan Markle, racontant qu’avec Harry, ils s’étaient dit "oui" devant l’archevêque de Canterbury, Justin Welby, avant la grand-messe du 19 mai 2018.

"Personne ne le sait. Mais nous avons appelé l’archevêque, et nous avons juste dit ‘Ecoutez, ce spectacle, c’est pour le monde, mais nous voulons que notre union soit entre nous", a ainsi décrit la duchesse.

• Le couple attend une petite fille

Archie va avoir une petite sœur. C'est ce qu'ont révélé Harry et Meghan: l'enfant qu'ils attendent est donc une petite fille.

“Avoir un garçon, puis une fille, que peut-on demander de plus?”, s’est réjoui le prince Harry.

Le couple a annoncé il y a un mois à peine que Meghan Markle était enceinte de leur leur deuxième enfant, un peu moins de deux ans après la naissance de leur fils Archie Harrison Mountbatten-Windsor.

• Meghan Markle affirme ne pas avoir fait pleurer Kate Middleton

Meghan Markle a affirmé ne pas avoir fait pleurer sa belle-sœur Kate, la duchesse de Cambridge, peu avant son mariage avec le prince Harry, contrairement aux rumeurs sur cet incident qui a fait les choux gras des tabloïds britanniques.

"Le contraire s'est produit", a dit la duchesse de Sussex à Oprah Winfrey dans une longue interview, très attendue, diffusée sur CBS.

"Tout le monde au sein de l'institution savait que ce n'était pas vrai", a ajouté l'ex-actrice américaine, en affirmant que cet incident avait été le début d'une "vraie campagne de dénigrement" ainsi qu'"un tournant" dans ses relations avec la famille royale.

• Le prince Harry se dit déçu par son père Charles

Le prince Harry a dit se sentir "vraiment déçu" par son père, le prince Charles, estimant qu'il ne l'avait pas soutenu durant l'épreuve qu'il a traversée.

"Je suis vraiment déçu", a expliqué le duc de Sussex, "parce qu'il est passé par quelque chose de similaire. Il sait ce que c'est que la douleur", a-t-il dit lors de son entretien à la présentatrice Oprah Winfrey dimanche soir, racontant que le prince Charles avait même refusé, un temps, de prendre ses appels au téléphone. Harry a toutefois précisé qu'il parlait de nouveau à son père.

• Ils estiment avoir tout fait pour rester au sein de la famille royale

"Nous avons fait tout notre possible" pour rester au sein de la famille royale, a affirmé le prince Harry, expliquant qu'il avait lui-même connu des troubles psychologiques lié à cette situation.

"Je suis triste que ce qui est arrivé soit arrivé, mais je sais (...) que nous avons fait tout notre possible pour que ça marche", a-t-il affirmé. "Oh mon Dieu, nous avons tout simplement fait tout ce que nous pouvions pour les protéger", a ajouté Meghan Markle.

Le prince a par ailleurs affirmé que le prince Charles, et son frère, le prince William, étaient "prisonniers" du système en tant que membres de la famille royale, une situation qui, a-t-il dit, lui inspire "beaucoup de compassion".

"Mon père et mon frère sont prisonniers" du système, a-t-il dit. "Ils ne peuvent pas le quitter", comme lui l'a fait après avoir réalisé qu'il était lui-même "prisonnier".

• La reine a été "merveilleuse" avec Meghan

Si le prince Charles, Kate et William n'ont pas été épargnés lors de cette interview varité, la reine est, elle, restés intouchable. "Il y a la famille et il y a les gens qui dirigent l'institution, ce sont deux choses séparées et il est important de bien compartimenter cela, parce que la reine, par exemple, a toujours été merveilleuse avec moi", a ainsi déclaré Meghan.

Harry, a de son côté assuré avoir "une très bonne relation" avec sa grand-mère. "Elle est ma commandante en chef",

Magali Rangin avec AFP