BFMTV

Mariage de Meghan et Harry: ni les Obama, ni Trump ne seront invités

Le prince Harry avec Barack et Michelle Obama

Le prince Harry avec Barack et Michelle Obama - AFP

Aucun chef d'Etat ne sera invité au mariage du prince Harry et de Meghan Markle, selon un porte-parole du palais de Kensington.

Pas d'invités officiels, pas de pression. Pour leur mariage, le prince Harry et Meghan Markle ne sont pas tenus d'inviter de chefs d'Etat, puisque Harry n'arrive qu'en cinquième position (et même en sixième lorsque le troisième enfant de Kate et William sera né) dans l'ordre d'accession au trône britannique. Il a donc peu de chances d'accéder un jour au trône.

La reine consultée

"Il a été décidé qu'il n'est pas nécessaire d'inviter de dirigeants politiques, britanniques ou internationaux", selon un porte-parole du palais Kensington, cité ce mardi 10 avril par un chroniqueur royal du Daily Express. La reine a été consultée, pour cette décision prise par la Maison royale, ajoute-t-il encore.

Il n'y aura donc ni le président Trump, ni Michelle et Barack Obama, pourtant proches de Harry et Meghan Markle. Ni Theresa May, la Première ministre britannique.

Quand aux personnalités royales étrangères, leur présence dépendra de leur amitié ou non avec le couple. Tous ceux qui sont conviés à la chapelle Saint George sont des amis, des gens qui connaissent personnellement Harry et Meghan, et non des officiels.

Langue des signes

Par ailleurs, les fiancés ont annoncé ce mardi que parmi les 2.640 personnes invitées au château de Windsor le jour J, se trouveront 1.200 membres de la société civile. Des personnages remarquables par leur action, leur rôle dans la société, leur histoire. On compte par exemple, un ancien soldat qui a perdu sa jambe en Afghanistan et lève désormais des fonds pour sensibiliser sur le sujet.

Il y a également la directrice d'une entreprise qui aide les personnes atteintes de maladie mentale à se sentir mieux grâce à l'art. Ou encore un jeune garçon sourd de naissance, qui enseigne la langue des signes dans les écoles pendant l'heure du déjeuner.

M. R.