BFMTV

Quand Léonard Trierweiler évoque François Hollande

Léonard Trierweiler et Mouloud Achour

Léonard Trierweiler et Mouloud Achour - Capture d'écran - Clique TV

Dans un entretien accordé à Mouloud Achour pour Clique.tv, le fils de Valérie Trierweiler est revenu sur sa relation avec celui qui a partagé neuf ans de sa vie: François Hollande.

Léonard Trierweiler, l'a connu "au plus près" et semble encore proche du président de la République. Dans une interview à Clique.tv, interrogé par Mouloud Achour, il revient sur les neuf ans passés près de François Hollande. "Je ne sais pas comment ça se fait que ça ne marche pas parce que j'ai l'impression qu'il a l'air sincère, qu'il fait tout pour que ça aille bien, il travaille tout le temps, mais rien ne se passe", le défend-il. Le jeune homme concède toutefois qu'il retiendra d'avantage de lui à titre personnel plutôt que sur le plan politique. "J'ai passé du temps avec lui. Il a eu une relation pendant neuf ans avec ma mère (Valérie Trierweiler, ndlr)". 

À la question sur son premier souvenir du Président, l'apprenti cuisinier répond que la première fois qu'il a vu François Hollande, ce dernier "nettoyait notre piscine. Il était loin d'être président. Il n'était même pas candidat", précise-t-il. Cette relation entre sa mère et le désormais chef de l'État, Léonard Trierweiler se souvient l'avoir découverte "dans les journaux" et reconnaît avoir eu des moments pesants dans ses rapports aux autres notamment à l'adolescence. Il confesse également avoir eu du mal avec le fait que ses moindres faits et gestes aient été épiés.

"J'ai un père et une mère; je n'ai pas nécessairement besoin de beau-père"

Mouloud Achour l'a ensuite interrogé sur l'affaire Julie Gayet et sur la rupture de sa mère avec François Hollande: "Je l'ai appris dans la presse la veille. À ce moment, devoir déménager de l'Élysée ou pas, je n'en avais rien à foutre. Ce qui comptait, c'était ma mère!". Face à cette nouvelle, Valérie Trierweiler avait ensuite été hospitalisée; un moment délicat pour le jeune homme: "C'était difficile, mais il fallait faire avec", avoue-t-il avant d'ajouter "aujourd'hui elle va mieux, elle va même très bien". À savoir si François Hollande lui manque, Léonard Trierweiler assure que "ça va. J'ai un père et une mère; je n'ai pas nécessairement besoin de beau-père. Je ne suis pas malheureux".

Au sujet du livre polémique de sa mère, Merci pour ce moment – relatant sa vie privée avec le président de la République – le jeune homme préfère ne pas en parler, mais concède toutefois que l'œuvre lui a fait "de drôles de sensations. Je trouve que c'est quelque chose de fort, surtout quand on est à ma place. C'était émouvant", déclare-t-il tout en confiant n'avoir connu le projet du livre que "deux ou trois jours avant qu'il sorte".

"Je le soutiens toujours, je crois en ce qu'il fait"

Malgré la rupture entre sa mère et le chef de l'État, Léonard Trierweiler reste fidèle à François Hollande. Au-delà de mentionner "avec @fhollande" dans la biographie de son compte Twitter, le jeune homme assure le "soutenir toujours" et va même jusqu'à affirmer vouloir voter pour lui aux présidentielle de 2017, si ce dernier se représente. "Je crois en ce qu'il fait", déclare-t-il.