BFMTV

Netflix: trois raisons de voir Hexagone, le nouveau stand-up de Fary

Fary

Fary - Julien Weber

L'humoriste revient avec la deuxième partie de Hexagone, un spectacle qu'il a imaginé comme une déclaration d'amour à la France.

Fary dévoile ce jeudi 16 avril sur Netflix la deuxième partie de Hexagone, un spectacle filmé aux Bouffes du Nord à Paris présenté comme une déclaration d'amour à la France. Conçu notamment avec Ladj Ly, le réalisateur des Misérables, Hexagone veut perturber le spectateur et le faire réfléchir sur les non-dits de la France. 

Une déclaration d'amour à la France

La première partie de Hexagone commence avec une histoire désormais célèbre, à l'humour noir bien prononcé qui donne d'emblée le ton du stand-up. Installé derrière Eric Zemmour dans un avion, Fary rêve que celui-ci s'écrase en plein vol:

"Mon idée est de répondre à la bassesse par la bassesse, de répondre de manière bête et facile pour montrer à quel point ce qu’il raconte à notre égard est souvent bête et facile. On néglige la puissance de certains symboles négatifs. Eric Zemmour en est un", explique l'humoriste à BFMTV avant de fustiger les prises de position "stériles" du polémiste.

La deuxième partie de Hexagone se termine d'une manière plus apaisée, avec une analogie entre la France et sa mère, une auxiliaire de puériculture originaire du Cap-Vert. Son spectacle s'articule autour d'une idée très simple: si lui, Fary, aime la France, les Français n'aiment plus leur pays.

"On n’est pas assez fier", "on n’applaudit pas le drapeau hors des compétitions sportives", répéte-t-il dans Hexagone tout en dénonçant "les complications, les non-dits, les incompréhensions" de la France.

"La France tu l’aimes ou tu la kiffes", lance-t-il également devant la foule hilare, en reformulant une célèbre formule de Philippe de Villiers (faussement attribuée à Nicolas Sarkozy). Une boutade empruntée, avec son assentiment, à l’humoriste Hakim Jemili, qui cartonne en VOD avec la comédie Docteur? et la série Validé.

Un stand-up qui veut "perturber le spectateur"

Le stand-up n'est pas une activité solitaire. Fary, qui travaille notamment avec Kader Aoun, s'est associé pour Hexagone à Ladj Ly. Le réalisateur multi-récompensé des Misérables lui a présenté Adrien Lagier et Ousmane Ly, réalisateurs d'un clip pour les rappeurs Orelsan et Damso qui a déjà fait grand bruit.

"J’avais vraiment la volonté de perturber le spectateur. J’ai appelé Ladj Ly pour donner un cachet cinématographique à mon spectacle. Je voulais qu'on utilise des caméras de cinéma", explique l'humoriste, dont le spectacle est filmé à l'aide d'amples mouvements de caméra. Un choix qui tranche avec la majorité des captations de stand-up, souvent très statiques. 

Divisé en deux parties - une première dans l'histoire du stand-up - Hexagone a été filmé d'abord en noir et blanc et bleu, puis en couleur: "La première partie, en noir et blanc, est un peu plus tournée vers moi et parle de mon rapport à la France. La deuxième, en couleur, est un peu plus tournée vers la France et le reste", explique l'humoriste.

Un stand-up pour rire, mais aussi réfléchir

Fary ne se pose aucune limite. De la religion aux adultes en trottinette, en passant par l'arrogance des Français à l'étranger, la représentation des Noirs dans les médias, les Kardashian et #BalanceTonPorc, tout l'inspire: 

"Ce qui m'inspire, souvent, c’est l’idée. Une idée qu’on n’a pas entendue ailleurs. Au départ, on est souvent pris par quelque chose qui nous saute aux yeux, ou un sujet qui nous tient à cœur. Une idée intéressante, c’est une remarque qu’on aurait tous pu faire, mais que personne n’a pas vue. C'est comme réussir à capter la beauté d’un arbre à travers des mots, mettre des doigts sur de la poésie."

Ce n'est cependant pas le rire du public qu'il vise. Il veut avant tout le faire réfléchir à travers le rire. Quand il raconte son angoissante rencontre avec un ivrogne, dans la cour de son immeuble la nuit, Fary ne raconte pas uniquement une anecdote croustillante de la vie parisienne. Il livre, affirme-t-il, sa "prise de conscience de l’insécurité d’une femme dans une capitale comme Paris": "Il n’y a aucune exigence de rire dans le stand-up", précise-t-il. "Ce qu’on veut mettre en avant, c’est d’abord un propos, un sujet, une idée. C’est ce qui nous passionne vraiment dans le stand-up."

Ses modèles en la matière sont Chris Rock et surtout Dave Chappelle, humoriste américain passé maître dans l'art de l'ironie et de la satire et dont le stand-up est aussi un exposé de sa vision du monde: "Il peut se permettre de parler pendant 45 secondes voire une minute sans aucune blague. C'est le conteur qu’on écoute." Si Fary se rêve conteur, il ne veut pas être un porte-parole. Il veut au contraire, avec Hexagone, inspirer les autres à prendre la parole. Un rôle qu'il continuera d'avoir dans sa prochaine aventure, en tant qu'acteur cette fois, dans une comédie qui s'annonce explosive: Tout simplement noir

madame sarfati comedy club

Fary a ouvert l'année dernière son propre "comedy club" à Paris, Madame Sarfati. Si l'établissement a été fermé en raison du confinement, l'humoriste ne s'inquiète pas: "C’est compliqué d’être inquiet sachant que l’on traverse tous cela. On n’a pas le temps de s’arrêter sur la question de l’avenir du Sarfati, parce que l’après coronavirus, de manière générale, nous interpelle plus: est-ce qu’il va y avoir une crise économique? est-ce qu’on va consommer de la même manière? est-ce que les gens auront du pouvoir d’achat? est-ce qu’ils auront envie d’aller dans des endroits clos avec des gens qu’ils ne connaissent pas?"

Jérôme Lachasse