BFMTV
Mode

Pour ses 25 ans, le film "La Haine" s'invite dans une collection Carhartt WIP

Des pièces de la collection "La Haine" x Carhartt WIP

Des pièces de la collection "La Haine" x Carhartt WIP - Carhartt WIP

La marque américaine de streetwear rend hommage au film de Mathieu Kassovitz, sorti il y a 25 ans. Des pièces en noir et blanc, proposées de 29 à 109 euros.

Carhartt WIP, petite soeur streetwear de la marque américaine Carhartt, célèbre le 25e anniversaire de La Haine à travers une collection minimaliste qui rend hommage au film de Mathieu Kassovitz.

Sortie ce jeudi 3 décembre, cette ligne propose sept pièces qui se déclinent en noir et blanc (comme le long-métrage), floquée du titre du film, de son année de sortie (1995), d'images ou encore de répliques devenues cultes, telles que "Jusqu'ici, tout va bien".

Côté prix, comptez 29 euros pour un bonnet, 45 et 49 euros selon les modèles de t-shirt (en coton bio), et 109 euros pour un sweat à capuche. Les pièces partent vite, et certaines tailles sont d'ores et déjà en rupture de stock.

Une collection "La haine"
Une collection "La haine" © Carhartt WIP

Des baskets aux enchères

Carhartt n'est pas la seule marque à célébrer l'anniversaire de La Haine. En septembre dernier, la maison d'enchères Drouot avait proposé une vente pour commémorer elle aussi les 25 ans du film. Y étaient proposés trois rééditions de baskets Reebok, les modèles Classic Leather OG, NPC Crest OG et NL Paris, portés dans le film par les trois personnages principaux. La marque Courir a elle aussi imaginé une collection en hommage au long-métrage, là aussi avec Reebok.

Ressorti l'été dernier au cinéma, La Haine sera prochainement adapté en comédie musicale, selon Kassovitz. "J'ai été contacté par une équipe qui a fait des grosses comédies musicales à Paris. Ils m'ont dit qu'ils avaient envie de faire des choses un peu différentes que les Roméo et Juliette qui sortent tous les ans. Ils ont dit que La Haine est devenu un élément de la pop culture française et que ce serait intéressant de le faire évoluer."

Nawal Bonnefoy