BFMTV

Laeticia Hallyday rêve de voir Johnny descendre les Champs-Elysées "pour un dernier adieu"

Johnny Hallyday et son épouse Laeticia à Santa Monica en 2013

Johnny Hallyday et son épouse Laeticia à Santa Monica en 2013 - Alberto E. Rodriguez - Getty Images North America - AFP

L'ancien producteur de Johnny Hallyday, Jean-Claude Camus, était aux côtés de l'épouse du chanteur quelques heures après l'annonce de sa mort.

"Laeticia est totalement effondrée." Sur RTL, la voix chargée d'émotion, Jean-Claude Camus s'est confié à Marc-Olivier Fogiel après avoir passé une partie de la journée avec la famille de Johnny Hallyday à Marnes-la-Coquette à la suite de l'annonce de la disparition du chanteur, mort à l'âge de 74 ans dans la nuit de mardi à mercredi.

L'ancien producteur de Johnny Hallyday, qui s'était réconcilié il y an avec l'artiste grâce à Laeticia, a témoigné de la douleur qui frappe le clan Hallyday, et plus particulièrement son épouse. "Elle a tellement cru", confie-t-il. "Encore hier matin, elle me disait: 'On a réussi à attaquer un nouveau traitement. Ca nous redonne encore un espoir...'".

Se disant "dévasté" par la mort de celui dont il aura géré la carrière pendant 35 ans, Jean-Claude Camus a avoué quel était son vœu et celui de Laeticia Hallyday pour honorer la mémoire de Johnny.

"Ca permettra au public de lui faire un dernier adieu"

"J'espère qu'il va les descendre", rapporte-t-il en évoquant la plus célèbre avenue parisienne. "C'est le rêve de Laeticia. C'est aussi le mien. Je pense qu'il a droit à ça et ça permettra au public de lui faire un dernier adieu. (...) On peut mettre beaucoup de monde sur les Champs-Elysées en hiver."

"Johnny, c'est le patrimoine français, il était aimé de tous les Français", poursuit le producteur. "Même les gens qui n'étaient pas fans aimaient Johnny, aimaient l'homme, il a traversé toutes les époques. Les gens s'étaient attachés à Johnny. Je pense que pour les Français, c'est un deuil national."

Sans savoir s'il y aura ou non un hommage national mis en place, Jean-Claude Camus confie simplement être "certain qu'il y aura des obsèques avec beaucoup d'émotion."

Fabien Morin