BFMTV

Jean-Claude Camus donne des nouvelles de Johnny Hallyday: "Il va gagner"

Jean-Claude Camus

Jean-Claude Camus - BFMTV

Face aux rumeurs alarmistes concernant l'état du chanteur, son ancien producteur tenu à rassurer ses fans et a rappelé, sur notre antenne, que le rockeur était "un gagnant".

L'ancien producteur historique de Johnny Hallyday n'a que faire des "folles" rumeurs qui courent sur l'état de santé du chanteur, atteint d'un cancer. Dans une interview accordée à 7 Jours BFM et diffusée ce samedi sur BFMTV, Jean-Claude Camus s'est voulu rassurant, rappelant que le rockeur était un gagnant et qu'il s'attelait à vaincre la maladie.

"Evidemment qu'on est inquiets, on sait qu'il a un cancer, mais il le soigne ce cancer. Et puis les rumeurs les plus folles qui courent, il faut les arrêter", a-t-il expliqué. "Il n'est pas hospitalisé, il est chez lui et il se soigne. Il arrive à aller au studio d'enregistrement pour mettre des voix".

Johnny, un gagnant

Car même malade, Johnny Hallyday est loin d'en avoir fini avec sa carrière musicale et la scène. Le chanteur de 74 ans prépare un nouvel album studio et une tournée "rock et blues", prévue pour 2018.

"J'ai déjeuné avec lui dimanche, on a passé toute l'après-midi ensemble, il m'a fait écouter les chansons de son futur album qui sont extraordinaires, la voix est... Franchement, ça va être quelque chose de costaud", a-t-il confié.

Jean-Claude Camus a demandé aux fans d'être patients, estimant que c'était désormais "une question de temps".

"Johnny, c'est un gagnant. A chaque fois qu'il a eu des gros pépins, il a toujours gagné, donc il va gagner, c'est sûr".

Laura Smet fière de son père

La semaine dernière, c'est la fille du rockeur Laura Smet, invitée sur le plateau du 20 heures de France 2, qui avait été plus qu'optimiste sur la guérison de son père.

"Mon père se bat d'une manière incroyable. Il a raison de se battre parce que les résultats sont là et qu'ils sont bons", avait-elle assuré. "Je suis extrêmement fière de mon père. Je ne peux pas vous dire plus que ça, mais il va bien."

N.B.