BFMTV

Jeremstar de retour avec un livre: "On a voulu me faire tomber"

Jeremstar en octobre 2017

Jeremstar en octobre 2017 - Joel Saget - AFP

Le YouTubeur sort un livre et promet de revenir sur le #JeremstarGate.

Jeremstar est de retour. Le YouTubeur sort le 4 avril prochain La vérité, toute la vérité, un livre dans lequel il revient sur le "JeremstarGate".

"C’est avec beaucoup d’émotion que je vous annonce la sortie de mon livre prévue pour le 4 Avril prochain", a-t-il ainsi écrit sur son compte Instagram. "J’ai décidé de revenir sur cette affreuse polémique mensongère et de vous livrer la vérité."

"On a voulu me faire tomber"

L'homme de 32 ans annonce vouloir "répondre à toutes les questions que vous vous posez" et "raconter tous les drames qui ont eu lieu dans ma vie à ce moment-là". Dénonçant le cyber-harcelèment dont il a été victime, il poursuit:

"On a voulu me faire tomber mais grâce à vous, je suis toujours debout. Mon combat contre le harcèlement numérique commence maintenant", assure-t-il.

"On se voit très vite mes anges gardiens"

Jeremstar dédicacera son livre le samedi 6 avril à Bobino. Sur scène, il sera aussi interrogé par l'animatrice télé Enora Malagré. D'autres séances de dédicaces se dérouleront ensuite dans le reste de la France, mais aussi en Suisse et en Belgique.

"On se voit très vite mes anges gardiens", conclut-il. "Je vais avoir besoin de vous pour mener à bien ce nouveau combat. Celui de la vérité. Je vous aime."

Un étudiant en droit avait déposé plainte en janvier 2018 auprès du parquet de Nîmes pour "viol aggravé sur mineur", "corruption sur mineur", "atteinte sexuelle sur mineur", "recours à la prostitution de mineur", le tout réalisé en "bande organisée". La procédure visait l'animateur radio Pascal Cardonna, proche de Jeremstar. L'étudiant avait ensuite retiré deux semaines plus tard sa plainte, affirmant que le blogueur n'avait rien à voir avec cette affaire.

Jeremstar et Pascal Cardonna avaient de leur côté également porté plainte. L'un pour "diffamation, menaces, insultes et cyber-harcèlement". Le second pour "diffamation et atteinte à la vie privée".

Jérôme Lachasse