BFMTV

Héritage de Johnny: les biens immobiliers du chanteur en France absents du "trust"

Johnny Hallyday chante lors du Téléthon en 2012.

Johnny Hallyday chante lors du Téléthon en 2012. - Bertrand Guay - AFP

Le "trust" qui détient l'héritage de Johnny Hallyday récupère tout ce que possédait le chanteur, sauf ses biens immobiliers sur le territoire français.

C'est l'un des points qui a justifié le renvoi de la première audience sur l'héritage de Johnny Hallyday. En prévision de la seconde audience qui se tiendra ce vendredi 30 mars devant le tribunal de grande instance de Nanterre, les avocats de Laeticia Hallyday devaient fournir aux deux aînés de Johnny, David et Laura, des précisions sur le "trust" en sa faveur au sein duquel le chanteur aurait réuni tous ses actifs, conformément à un testament rédigé en juillet 2014 aux États-Unis. Ce jeudi, Libération en a dévoilé les détails.

Cette structure juridique, qui permet de transférer des actifs à un tiers de confiance, avait été sobrement baptisé JPS (pour Jean-Philippe Smet) par le rockeur trois ans et demi avant sa mort. Selon le document révélé par nos confrères, ce "trust" récupère alors "tout ce qu'il possède, à l'exception notable des biens immobiliers situés en France et susceptibles d’être soumis à taxation".

Johnny Hallyday possédait un immense patrimoine immobilier. Sur le sol français, il disposait d'une villa sur l'île de Saint-Barthélémy (Antilles françaises), qui a été endommagée par l'ouragan Irma. Elle est louée à des touristes 4000 euros la nuit. Il possédait également la villa Savannah à Marne-la-Coquette dans les Hauts-de-Seine, où il est décédé. Elle avait été achetée pour 3,5 millions d'euros en 1999 et était détenue par une SCI dont Johnny était actionnaire avec sa dernière épouse et leurs deux filles, Jade et Joy.

Maintenir "le niveau de vie" de Laeticia

Pour rappel, un trust est une structure juridique permettant à des personnes physiques ou des sociétés de transférer des actifs à une personne de confiance, le trustee, qui les gérera selon les consignes qui lui seront données. Les biens placés au sein d'un trust n'apparaissent ainsi plus dans le patrimoine de leur propriétaire, puisque ce dernier s'en est juridiquement dépossédé - jusqu'au jour où lui ou ses héritiers les récupéreront.

Johnny Hallyday avait effectué ce "trust" afin de maintenir pour Laeticia un niveau de ressources "conforme au niveau de vie auquel [Johnny Hallyday] et Laeticia ont été habitués durant leur vie commune", quitte à entamer le patrimoine. Ses enfants, David Hallyday et Laura Smet, se sont lancés dans une procédure pour faire reconnaître qu'ils ont été lésés par les dispositions testamentaires. Ils arguent qu'ils sont déshérités, ce qu'interdit le droit français.

F.M. avec AFP