BFMTV

Héritage de Johnny Hallyday: le père de Laeticia comprend "la frustration de Laura et David"

André Boudou lors des obsèques de Johnny Hallyday

André Boudou lors des obsèques de Johnny Hallyday - BERTRAND GUAY / AFP

André Boudou, père de Læticia Hallyday, s'exprime sur la guerre de succession qui oppose sa fille aux premiers enfants du chanteur.

Il est le patriarche de la famille Boudou: ce vendredi dans Le Parisien, André Boudou, père de Læticia Hallyday, donne son point de vue sur la véritable guerre de succession qui oppose sa fille à David Hallyday et Laura Smet, premiers enfants du chanteur. 

"Je peux comprendre la frustration de Laura et David, mais de là à attaquer tout le monde comme cela, c'est violent", commente l'ancien patron de la boîte de nuit l'Amnesia, au Cap d'Agde, dont il a confié les rênes à son fils Grégory. 

"J'espère qu'ils arriveront à se parler"

André Boudou regrette que la situation entre les héritiers du rockeur ait dégénéré, et adresse un reproche posthume à Jean-Philippe Smet, dont il explique cependant avoir été - platoniquement - "amoureux":

"J’espère qu’ils arriveront à se parler", déclare-t-il. "Mais je ne m'en mêle pas. Le trust s’est fait dans les quatre dernières années et je n’étais plus là. Johnny aurait pu être plus courageux, il aurait pu faire une vidéo pour expliquer sa décision à ses enfants. Cela aurait évité tout cela à Læticia. Mais c’était sa décision."

"Ploucs"

Le beau-père de Johnny conserve néanmoins une certaine rancœur envers une partie de l'entourage de "l'idole des jeunes": "Après les obsèques, la mère de David a réuni tout le monde à Los Angeles pour organiser la stratégie que l’on a vu après, reproche André Boudou: faire comme s’il y avait d’un côté le showbiz parisien et de l’autre une famille de ringards, de ploucs de province…"

Celui qui confesse avoir des "relations compliquées" avec sa fille Læticia donne cependant quelques nouvelles:

"Elle a perdu l’homme de sa vie. On l’insulte ainsi que ses filles… Mais j’ai l’impression que cela va mieux. À Saint-Barth, ses amis l’entourent, c’est bien."

L.N.