BFMTV

Gad Elmaleh accusé de plagiat: Twitter fait marche arrière et annule la suppression des vidéos

Gad Elmaleh

Gad Elmaleh - Andrew Toth / Getty Image North America / AFP

Le YouTubeur CopyComic annonce que ses messages compromettants sont finalement réapparus sur la plateforme. Les avocats de l'humoriste avaient obtenu leur suppression il y a quelques jours.

Le feuilleton continue. Ce samedi, le YouTubeur CopyComic a annoncé que ses tweets accusant Gad Elmaleh d'emprunter ses blagues à d'autres humoristes sont réapparus sur le site de micro-blogging. La plateforme les avaient supprimés mercredi à la demande des avocats du comique.

"Quand même les meilleurs avocats spécialisés dans la propriété intellectuelle n'arrivent pas à te donner raison", se félicite le mystérieux YouTubeur. "Après un tel camouflet, toute nouvelle plainte sera une preuve de plus de son acharnement."

"Atteinte aux droits voisins"

Il y a quelques jours, CopyComic avait annoncé à ses abonnés que l'équipe juridique de Gad Elmaleh avait obtenu la suppression de ses tweets dans lesquels ils partageait ses vidéos.

"Nous requérons donc de Twitter de retirer la vidéo litigieuse et de nous fournir l'identité et les coordonnées de l'internaute ayant créé le compte Twitter intitulé 'CopyComicVidéos' sur lequel la vidéo litigieuse a été diffusée", avaient déclaré les avocats de l'acteur, invoquant "l'atteinte aux droits voisins et non aux droits d'auteur".

Le YouTubeur s'était défendu sur Twitter: "Mon anonymat est celui de ceux qui préfèrent mettre en avant le sujet et non les personnes. Je n'ai à rougir de rien. Aucune honte ici. Aucune malveillance non plus."

La sentinelle de l'humour

CopyComic s'est fait une spécialité de mettre en lumière les emprunts d'humoristes français à leurs prédécesseurs, souvent américains. Après une première vidéo publiée en octobre 2017 s'attaquant à Tomer Sisley, Jamel Debbouze et Gad Elmaleh, il a réitéré début février avec deux nouvelles pastilles consacrées uniquement à ce dernier.

Gad Elmaleh a réagi pour la première fois le 14 février dernier, dans une étrange vidéo où il reprenait son personnage de Coco. Sans évoquer directement les accusations de plagiat, il avait fustigé les "haineux" des réseaux sociaux.

Benjamin Pierret