BFMTV

Elizabeth II a tout de suite pensé à la thèse du complot en apprenant l'accident de Lady Di

Elizabeth II à Paris en juin 2014.

Elizabeth II à Paris en juin 2014. - Jacques Brinon / POOL / AFP

Dix-huit ans après la mort de la princesse Diana, la biographe Ingrid Seward a révélé qu'elle fut la première réaction de la reine Elizabeth II en apprenant la terrible nouvelle.

Beaucoup de choses ont déjà été dites et écrites sur la tragédie qui a frappé la famille royale après la mort de Lady Di, le 31 août 1997, lors d'un accident survenu dans le tunnel du Pont de l'Alma à Paris. Mais Ingrid Seward, biographe officiel de la famille royale, vient de révéler un élément nouveau : la première réaction d'Elizabeth II en apprenant le drame. Et celle-ci s'avère plutôt inattendue.

Au Daily Mail, Ingrid Seward, auteure du livre The Queen's speech : An Intimate Portrait of The Queen in Her Own Words, rappelle d'abord qu'au moment de l'accident, la reine était en vacances à Balmoral en Ecosse. Alors qu'on lui rapportait les premières informations de l'accident, ne sachant pas encore que Lady Di y perdrait la vie, la reine a eu cette réaction surprenante : "Quelqu'un a dû graisser ses freins !"

La thèse du complot

Cette phrase laisse donc penser que la reine Elizabeth II avait dès les premiers instants cru à un geste délibéré pour tuer sa belle-fille. Une thèse du complot qui, selon Ingrid Seward, témoigne des tensions palpables qui existaient entre les deux femmes, bien avant même le divorce de la princesse Diana et de Charles.

Quelques heures plus tard, quand la reine eut alors la confirmation de la mort de Lady Di et de Dodi Al-Fayed, celle-ci préféra rester dans son lieu de vacances plutôt que de revenir à Londres au palais de Buckingham. De nombreux Britanniques avaient été choqués par cette décision. La reine avait justifié ce choix en expliquant avoir voulu préserver ses petits-fils William et Harry, en les tenant à l'écart.

F.M.