BFMTV

César: la nouvelle direction veut débarrasser l'académie de son "image toxique"

Véronique Cayla et Eric Toledano, respectivement photographiés en 2011 et 2017

Véronique Cayla et Eric Toledano, respectivement photographiés en 2011 et 2017 - Eric PIERMONT, VALERIE MACON © 2019 AFP

La grand-messe du cinéma français est embourbée depuis quelques années dans une grave crise institutionnelle, qui a culminé l'année dernière avec la polémique autour de la victoire de Roman Polanski.

Véronique Cayla et Éric Toledano, respectivement présidente et vice-président de l'Académie des Césars depuis septembre dernier, annoncent ce jeudi dans Le Parisien. vouloir "débarrasser les Césars de leur image toxique".

La grand-messe du cinéma français est en effet embourbée depuis quelques années dans une grave crise institutionnelle. Celle-ci a culminé début 2020. D'abord avec la démission de l'ancienne direction, accusée d'entre-soi et d'opacité. Et ensuite avec une cérémonie marquée par la polémique, avec le prix du meilleur réalisateur décerné à Roman Polanski, visé par des accusations de viol, et le départ fracassant de la comédienne Adèle Haenel.

"Redonner leur lustre aux Césars était une cause d'intérêt général", indique au Parisien Véronique Cayla, ex-présidente d'Arte, qui a contribué ces dernières années à rajeunir le public de la chaîne. "Ce qui m'intéresse maintenant, c'est d'agir", dit-elle encore, avant d'ajouter: "On est entré dans une ère de reconstitution d'une famille (...) Les nouveaux statuts ont déjà apporté de la démocratie et de la parité. Il faut continuer sur ce chemin, comme sur celui de la diversité, qui nous tient à cœur à tous les deux."

"A l'origine, les César faisaient rêver"

"On voudrait s'éloigner des polémiques qui vampirisent les César. S'il y a une chose qu'il faut faire pendant ce mandat, c'est débarrasser les César de leur image toxique", complète Eric Toledano.

Si le co-réalisateur d'Intouchables n'a pas participé à la fronde l'année dernière, il était cependant "conscient que quelque chose n'allait pas": "Il y avait une équation impossible entre les polémiques et le fait de célébrer le cinéma. N'oublions pas qu'à l'origine, les Césars faisaient rêver."

Malgré un nombre réduit de sorties à cause de la pandémie, l'édition 2021 des César aura bien lieu le 12 mars à l'Olympia pour "envoyer un signal de force dans un moment où le cinéma est en difficulté", précise Eric Toledano. "Si la culture ne montre pas sa force quand elle est très affaiblie, c'est dangereux. Il faut se serrer les coudes, parce qu'on a souffert ensemble."

La maîtresse de cérémonie sera Marina Foïs. Elle sera entourée par Roschdy Zem, qui en sera le président, tandis que Blanche Gardin et Laurent Lafitte en seront les coauteurs. Benjamin Biolay dirigera de son côté l'orchestre. Enfin, un hommage aux grands du 7e Art disparus cette année - Michel Piccoli, Claude Brasseur, Jean-Loup Dabadie, Michael Lonsdale, Ennio Morricone, Tonie Marshall, Juliette Gréco... - est prévu.

https://twitter.com/J_Lachasse Jérôme Lachasse Journaliste BFMTV