BFMTV

Brigitte Bardot interpelle le pape François, qui manquerait de "miséricorde" envers les animaux

Brigitte Bardot, le 27 septembre 2007, à Paris

Brigitte Bardot, le 27 septembre 2007, à Paris - Éric Feferberg - AFP

L'ancienne actrice a adressé une lettre au pape, indignée du traitement qu'il réserve aux animaux.

Ambassadrice de la cause animale envers et contre tout, y compris l'Église. Dans un courrier adressé au pape François et daté du mois de septembre, dont l'AFP dévoile des extraits ce jeudi, l'ancienne actrice de 83 ans s'en prend directement au souverain pontife, agacée de son manque d'empathie envers les animaux: "Pas une fois vous n'avez eu pour les animaux la miséricorde que nous attendions de vous", accuse-t-elle notamment.

L'icône des années 1960 se livre alors à un surprenant parallèle:

"Vous vous penchez sur la misère humaine favorisant étrangement la migration musulmane au détriment des chrétiens du Moyen-Orient, mais plus misérable que le sort de ces humains, reste celui des animaux qui ne bénéficient d'aucun soutien et sont un monde infini de douleurs muettes", peut-on lire dans la lettre.

Le pape François s'est exprimé en faveur de la cause animale

Le pape François a donné mercredi le coup d'envoi d'une campagne de la Caritas, l'organisation caritative de l'Eglise catholique, destinée à rapprocher migrants et réfugiés des communautés locales qui les ont accueillis.

Dans son encyclique Laudato si, publiée en 2015, le pape célèbre la dignité des espèces et appelle à "rejeter toute domination despotique et irresponsable de l'être humain sur les autres créatures", en soulignant qu'il serait "erroné de penser que les autres êtres vivants doivent être considérés comme de purs objets, soumis à la domination humaine arbitraire".

Mais deux précédents courriers étant "restés sans réponse", Brigitte Bardot "compte sur celui-ci pour toucher le coeur" de celui qui porte le nom du saint des animaux. Ce n'est pas la première fois que la présidente de la fondation Brigitte-Bardot s'attaque au pape: en 2016, elle avait déjà estimé qu'il se "tamponnait comme d'une guigne des animaux" après la décision de démolir l'église parisienne Sainte-Rita, connue pour accueillir une bénédiction annuelle d'animaux.

B.P. avec AFP