BFMTV

Amandine Henry : Miss France "n'est pas du tout une compétition rétrograde"

Amandine Henry en mai 2019

Amandine Henry en mai 2019 - FRANCK FIFE - AFP

La footballeuse a confié qu'elle n'aurait "jamais accepté d'être présidente" du concours si celui-ci se basait uniquement sur la beauté des candidates.

Amandine Henry, présidente du Jury Miss France, a défendu le concours de beauté dans les colonnes du Parisien. La capitaine de l’équipe de France de football départagera ce samedi soir les 30 candidates au côté de Mareva Galanter, Denis Brogniart, Vitaa, Slimane, Laëtitia Milot et Christophe Michalak. Et est bien décidée à voir plus loin que le physique avantageux des Miss.

"Au-delà de leur beauté, elles sont capables d'accomplir beaucoup de choses dans leurs vies professionnelles", a-t-elle assuré, répondant à celles et ceux qui jugent cet événement sexiste. "Je n'aurais jamais accepté d'être présidente si c'était juste sois belle et tais-toi".

"Ce n'est pas du tout une compétition rétrograde"

La présidente du jury sera intransigeante: "Si une Miss est très belle mais qu'elle ne sait pas aligner deux mots, ça sera rédhibitoire", a-t-elle confié. "Mais je ne me fais pas de souci car elles ont été préparées. Ça va se jouer pour moi sur la prise de parole. C'est le plus important. J'y ferai très attention."

Amandine Henry a également estimé que le concours "n'est pas du tout une compétition rétrograde", et s'est dit consciente qu'il y aura "toujours des critiques"." Mais je le répète, la Miss fait des études, elle sait parler", a-t-elle ajouté. 

Avant elle, c'est Jean-Pierre Foucault qui avait pris la défense de l'élection, dont il est l'animateur historique. 

"Ceux qui dénigrent les Miss n'ont jamais regardé l'émission car c'est un grand spectacle! Et puis l'histoire de l'avilissement de la femme est un faux procès parce qu'elles réussissent toutes dans la vie. C'est pour chacune d'entre elles un accélérateur social extraordinaire. C'est fini le 'sois belle et tais-toi' d'il y a une dizaine d'années", avait-il dit dans Le Parisien

Ces dernières semaines, le concours Miss France a fait l'objet de nombreuses critiques, venues de l'association Osez le féminisme, qui dénonce chaque année un concours "sexiste et ringard", de certains élus... et de Laurent Ruquier, qui a appelé au boycott (avant d'assurer qu'il s'agissait d'une "blague").

Nawal Bonnefoy